Don du sang : en Corrèze, l'EFS recrute les donneurs de demain

Publié le

Ce 29 novembre 2022, l'établissement français du sang de Corrèze organise une collecte de dons au campus de Brive. Le but de cet événement est d'attirer de nouveaux donneurs et de sensibiliser à l'importance du don du sang.

Une collecte de sang est organisée sur le campus de Brive, ce 29 novembre 2022. L'établissement français de sang (EFS) à un objectif : attirer les étudiants pour qu'ils donnent leur sang, ces donneurs de demain. Aujourd'hui, les besoins demeurent importants.

Atteindre les 10 000 dons par jour en France

"On l'a beaucoup répété, mais la période Covid n'a pas aidé puisque pas mal d'organisations ont été revues, des cours en distanciel, du télétravail se sont rajoutés à cela... Donc, pour nous, c'était difficile de capter les donneurs", explique Emmanuelle Nieto, responsable des prélèvements EFS de Corrèze. 

Aujourd'hui, certains habitués reviennent, mais beaucoup ne répondent plus à l'appel. L'établissement français du sang de Brive souligne qu'il y a une importance d'avoir de nouveaux donneurs pour essayer d'atteindre les 10 000 dons par jour nécessaires en France.

Pour cette collecte, l'EFS de Corrèze a réuni près de 85 poches de sang. "C'est super, c'est au-delà de notre objectif de base qui était fixé à 70 poches", témoigne Emmanuelle Nieto. 

"Les donneurs commencent à prendre de l'âge..."

Le département de la Corrèze est réputé pour sa générosité en matière de dons du sang. "Mais aujourd'hui, les donneurs commencent à prendre de l'âge..." déplore la responsable des prélèvements EFS du département. Il est donc important de trouver de nouveaux donneurs. 

Sur le campus de Brive, ce mardi, "les étudiants ont été sensibles et super", s'exclame Emmanuelle Nieto. Lors de cette collecte, l'EFS à pu convaincre 55 nouveaux donneurs sur les 85 dons

Mais parfois, le passage à l'acte est difficile pour beaucoup de personnes. En cause ? Des idées reçues qui ont la vie dure.

Un événement renouvelé sur deux campus corréziens 

Certaines personnes sont encore assez réticentes à donner leur sang à cause de préjugés qui persistent. "C'est souvent lié avec la crainte du sang et de la piqûre. Mais ils ne sont pas seuls, on les accompagne", explique Colette Dupic, chargée de communication à l'EFS de la Nouvelle-Aquitaine.

Le temps peut aussi en effrayer plus d'un. "Mais cela prend seulement une heure avec l'accueil, l'entretien médical, dix minutes de don ponctuées par une collation de vingt minutes", pointe du doigt Emmanuelle Nieto.

Au vu du succès de la première mise en place de la collecte sur le campus de Brive, l’événement sera renouvelé sur ce campus, mais aussi sur celui de Tulle dans les mois à venir. 

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité