Les visites suspendues dans certains hôpitaux du Limousin

Publié le
Écrit par Gwenola Bériou

Depuis le 3 janvier, les visites aux patients ne sont plus autorisées dans les hôpitaux de Brive et de Tulle, sauf dérogations particulières. Dans les autres établissements hospitaliers du Limousin, elles restent autorisées, sous conditions.

La décision a été prise le 3 janvier dernier, en raison de l’évolution de Covid-19 : les directions des hôpitaux de Brive et de Tulle ont fait le choix de suspendre provisoirement les visites aux patients à l’intérieur de leurs établissements, afin de limiter le risque de propagation du virus.

Problème : le message est plus ou moins bien passé auprès des visiteurs, qui se sont parfois cassé le nez à la porte d’entrée après un long trajet.
« Même avec le pass sanitaire, on ne peut pas y aller ? Je ne savais pas, c’est pas normal », s’étonne un visiteur. « C’est bien dommage pour les malades surtout, et même pour les proches. Quand on a quelqu’un à l’hôpital, on s’inquiète pour lui. Heureusement qu’il y a encore les téléphones portables ! », renchérit une autre.

Avec 31 patients hospitalisés pour Covid-19, dont 4 en réanimation, l’hôpital de Brive souhaite éviter toute contamination venue de l’extérieur.
« On a eu quelques clusters qui ont commencé à se produire. Et en concertation avec les autres hôpitaux de la Corrèze, on a décidé de suspendre les visites. C’est provisoire, le temps de passer le pic épidémique. Et dès que possible, naturellement, on rouvrira toutes les visites à l’hôpital », assure Jean-Baptiste Dehaine, directeur adjoint de l’hôpital.

Les chefs de service peuvent toutefois autoriser les visites de façon dérogatoire en fonction des situations (parents pour un enfant hospitalisé, ou accompagnement d’une personne en fin de vie).
Chaque semaine, les équipes se réunissent pour discuter de l’opportunité de rouvrir les visites.

Si l’hôpital de Tulle a également suspendu les visites depuis le 3 janvier, ce n’est pas le cas de l’hôpital d’Ussel où les visites restent autorisées, sous réserve de présentation du pass sanitaire et du respect des gestes barrières. Le nombre de personnes par chambre est toutefois limité (le nombre varie en fonction des services).

Et ailleurs en Limousin ?

Dans les établissements hospitaliers de Haute-Vienne et de Creuse, les visites restent autorisées, même si elles sont souvent encadrées en raison du protocole sanitaire.

Au CHU de Limoges, une seule visite par jour et par patient est autorisée, d’une heure maximum, entre 14h et 20h (hors Ehpad et séjours longue durée).
Là aussi, des exceptions sont possibles sur décision médicale.
En maternité, seul le second parent peut être présent. Il est également accepté avant la naissance, pour tout ce qui concerne les échographies, la PMA, le diagnostic prénatal et les consultations d’annonces.
Pour les enfants hospitalisés en pédiatrie, les deux parents sont acceptés la journée, mais un seul peut rester dormir la nuit. Un seul parent est également autorisé à accompagner son enfant en urgences pédiatriques.
En revanche, les visites sont totalement interdites aux urgences adultes depuis plusieurs mois. Les prises de nouvelles se font par téléphone.
De façon générale, pour les consultations, les patients sont invités à venir seul, si leur état de santé le permet.

Le dispositif est identique à l’hôpital de Saint-Junien : une visite limitée à une heure par jour et par patient, sur le créneau horaire 14h-18h.
En revanche, il n’y a pas de restrictions particulières sur les visites à l’hôpital de Saint-Yrieix-la-Perche.

En Creuse, au centre hospitalier de Guéret, les consignes concernant les visiteurs ont été modifiées le 17 décembre dernier.
Pour les consultations externes, les accompagnants ne sont plus autorisés, sauf situations particulières (accompagnement de personne handicapée, mineur ou personne âgée).
Quant aux visites des personnes hospitalisées, là aussi elles sont restreintes à une personne par jour, par patient, dans la limite d'une heure maximum.