Violences conjugales : à la Maison de soie de Brive, les victimes rompent avec l'isolement grâce à un spectacle

Publié le Mis à jour le
Écrit par Lauryane ARZEL

Ce vendredi 24 juin 2022, la Maison de soie de Brive (Corrèze) met en avant six femmes victimes de violences psychiques et psychologiques. Ces artistes d'un jour mêlent chant, théâtre et poésie pour se reconstruire. Le spectacle est présenté à 19h à la salle Jean-Ferrat de Malemort.

À la Maison de soie de Brive (Corrèze), ce vendredi 24 juin marque la fin d'un long parcours pour six femmes victimes de violences physiques et psychologiques. Après plusieurs semaines de répétitions intensives, Sylvie, Sissi et les autres montent sur scène pour passer de l'ombre à la lumière et continuer de dépasser leurs traumatismes. 

Passer de l'ombre à la lumière

A l'origine du projet, il y a les animatrices et thérapeutes de la Maison de Soie, une structure qui accueille et aide les victimes de violences. Pour Sylvie, suivie depuis un an, ce spectacle va montrer que "ces violences s'arrêtent un jour. Si une structure comme la Maison de la soie avait existé il y a quelques années, j'aurais évité certaines erreurs, et peut-être mieux vécu avec cette déchirure en moi".

Pour elle et les autres participantes, ce spectacle est aussi une fierté et une opportunité pour sortir de leur isolement et se reconstruire ensemble. "Je veux montrer que c'est possible d'arriver jusque-là et de montrer l'exemple pour les personnes qui malheureusement vont nous succéder, parce que les violences ne s'arrêteront pas." 

Les six artistes mêlent musique, théâtre et poésie. Les notes de la chanson "Imagine" de John Lennon résonnent dans le studio de répétions grâce à des accords de guitare et l'aide d'une flûte traversière. Plusieurs poèmes sont aussi lus et certains vers résonnent particulièrement : "J’invite le temps, la patience et la sagesse. (...) Je m’invite à me donner le droit d’être ce que je suis."

Ce spectacle conclut également le parcours de résilience des six participantes. Ces dernières continuent en parallèle d'être suivies, notamment par un psychologue et un psychothérapeute. Pour Marie Scotet, coordinatrice de la Maison de Soie, ces femmes peuvent maintenant "se reconnecter à leur corps, avoir de nouveau de l'estime, de la confiance. Elles étaient isolées, sans amis, famille ou travail. Ici, elles ont trouvé la sororité."

La résilience pour dépasser la souffrance

Sissi, elle, se définit comme "quelqu'un d'autre" aujourd'hui, depuis son arrivée "sans rien" à la Maison de soie. Pour elle, la représentation est un exutoire pour "livrer mon expérience et celle de mes amies aussi, on est une famille. Montrer ma souffrance, peut-être pas tout, mais montrer que je suis partie d'un endroit parce que j'ai souffert."

La résilience, c’est la capacité à se saisir d'une épreuve, d'un traumatisme, à lui donner du sens, à le dépasser.

Marie Scotet, coordinatrice de la Maison de Soie

Le spectacle de ces très courageuses artistes d'un soir est à découvrir gratuitement ce vendredi à 19h à la salle Jean-Ferrat de Malemort. 200 places sont disponibles. C'est à la fois un point final et un nouveau départ pour les six participantes. La Maison de la soie est en train de préparer la future Cité de la soie. Cette association sera gérée par les anciennes de la Maison de la soie. Elle proposera des ateliers de cuisine, de couture, d'écriture de CV et de lettres de motivation.