En Corrèze, les personnes handicapées peuvent pratiquer le paddle

Publié le
Écrit par Noëlle Vaille

C'est une première en Limousin et peut-être même en Nouvelle-Aquitaine. Au lac de la Triouzoune, en Corrèze, les personnes à mobilité réduite peuvent désormais faire du paddle. Cette grande planche sur laquelle on rame a été spécialement adaptée pour eux.

Confortablement installé sur son paddle, Célian Ménardi avance doucement, au gré des mouvements de sa pagaie, sur le lac de la Triouzoune, en Corrèze. Rien d’extraordinaire. Sauf que Célian Ménardi est un jeune homme en fauteuil.
Mais aujourd’hui, grâce à un nouveau système, ce loisir s’ouvre aux personnes en situation de handicap. Le principe est simple : "Ce fauteuil spécial est fixé sur le paddle et il a un harnais pour éviter de basculer vers l’avant quand il tire sur sa pagaie" explique Pierre Levézier, fondateur de Paddle H(eau)te Corrèze, une auto-entreprise qui propose de la location et des balades encadrées.

Équipé d’un gilet gonflable automatique, le jeune homme peut partir en autonomie sur le lac. Même si Pierre Levézier n'est jamais loin. Les deux compères testent ce nouveau dispositif depuis plusieurs mois et l’ont adopté : 

Y’a pas de problème c’est stable, il n’y a vraiment aucun souci

Célian Ménardi

Adepte du paddle adapté

 Une autre invention existe pour rendre accessible le paddle aux personnes à mobilité réduite : le stabi paddle (« fabriqué en France », précise Pierre Levézier) se fixe sur l’embarcation pour la stabiliser : « On rajoute ça sur le paddle et ça fait comme un trimaran. Ce qui fait que ça rajoute de la stabilité ». Idéal pour les personnes qui portent une prothèse de jambe par exemple ou qui ne peuvent pas être assises sur le paddle.

Cette nouvelle discipline est encore rare en France. Et c’est une première en Limousin : « Elle est beaucoup pratiquée en Suisse et au Québec. En France, ça démarre aussi sur la côte méditerranéenne », poursuit Pierre Levézier.

Pour proposer ces deux nouvelles activités sur le lac de la Triouzoune, le chef de la micro-entreprise a signé une convention avec EDF (le propriétaire de ce lac artificiel). Les mairies de Liginiac et de Neuvic ont également validé le projet. Dès maintenant, les personnes intéressées peuvent découvrir ce loisir soit à Liginiac, soit à Neuvic, uniquement en accompagnement.