Débadoc sur3.NoA : comment désenclaver les territoires ?

3000 fonctionnaires bientôt redéployés en région, une partie en Creuse ? / © Jean-Marie Arnal
3000 fonctionnaires bientôt redéployés en région, une partie en Creuse ? / © Jean-Marie Arnal

Délaissés, mal-aimés, ces territoires enclavés souffrent. Le documentaire de Guillaume Estivie, « I love Gueret »,est l’occasion pour Pascal Cagnato et ses invités d’évoquer les remèdes pour ces territoire comme la Creuse. A suivre dimanche 15 septembre à 21 h sur 3.NoA.

 

Par Bernard Gouley

Depuis 4 ans, la France est partagée en 13 régions. La Nouvelle Aquitaine, qui a englobé trois anciennes régions, est la plus importante de l’hexagone. Pour des territoires dits « éloignés » comme la Creuse, est-ce ou non un atout d’appartenir à une collectivité aussi vaste ?
La Creuse est à cet égard un bon exemple : sa population diminue et vieillit. Elle manque d’attrait aux yeux de certains. Les acteurs économiques et politiques locaux en ont conscience.
 
 
DEBADOC : désenclavement des territoires

La région Nouvelle-Aquitaine propose à ces territoires de mettre à leur disposition un ingénieur chargé d’étudier, avec les élus locaux, un programme de développement et le cas échéant de trouver des solutions pour les entreprises en difficultés. Francis Wilsius, vice président de la Région Nouvelle Aquitaine, précise ceci :

La région conseille et accompagne mais ne se substitue ni aux entreprises ni aux élus locaux.

Quels remèdes ?

Pour Gilles Beauchoux, le président de la chambre de commerce et d’industrie de la Creuse, le territoire manque d’ingénierie et de porteurs de projets. Il est nécessaire d’après lui de mettre en avant un cadre de vie qui permettrait à beaucoup de pratiquer le télétravail à condition d’une bonne couverture numérique, ce qui n’est pas encore le cas. Mais globalement, il considère que la nouvelle région est une chance pour ces petits territoires qui sont tirés vers le haut.

Thierry Adam est un chef d’entreprise spécialisé dans la fabrication du bois pour le bâtiment. Son entreprise fait travailler 120 personnes. Il a y 7 ou 8 ans,  80%  de son chiffre d’affaires se faisait dans son département et 20% à l’extérieur de la région. Aujourd’hui c’est l’inverse. Il lui faut donc conquérir des marchés en-dehors de la Creuse.

Les invités de Débadoc autour de PAscal Cagnato >
  • Francis Wilsius, Vice-Président du conseil régional de la Nouvelle Aquitaine
  • Gilles Beauchoux, Président de la CCI de la Creuse
  • Thierry Adam, chef d’entreprise




 

Sur le même sujet

Les riverains inquiets sur le Bassin de Lacq

Les + Lus