Les festivals d'été du Limousin en danger ?

Retard de paiement, perte d'un partenaire financier... les causes pour mettre à mal un festival sont multiples. L'ombre est levée sur l'organisation de manifestations à l'agenda de l'été 2019 comme le Buis Blues Festival. 

La place de l'église de Breuilaufa aménagée pour l'occasion
La place de l'église de Breuilaufa aménagée pour l'occasion © Romain Burot

Buis Blues Festival, 21, 22, 23 et 24 août, au Buis (Haute-Vienne)

Menacée, l’édition 2019 du Buis Blues Festival aura bien lieu, dans quatre villages différents. L’incertitude sur la tenue du festival a duré. En cause, les retards de paiement pour les éditions 2015 à 2018, de l’Agence de services et de paiement (ASP) qui verse les fonds européens du FEADER dont le but est de (re)vitaliser les territoires ruraux. La trésorerie a permis de survivre pour ces quatre éditions mais le flou pesait sur l’édition 2019.

« L’exposition médiatique a fait réagir la région Nouvelle-Aquitaine. A l’automne, un vote exceptionnel a permis de débloquer des subventions. Nous avons reçu une avance en décembre, explique Laurent Bourdier, directeur du Buis Blues Festival. L’édition 2019 a bien lieu. Et nous envisageons l’avenir de manière sereine par nos investissements raisonnés. »

Le budget de l’édition s’établit à 60 000 euros.

Festival de rock et motos route 996 à Evaux-les-Bains (Creuse) du 12 au 14 juillet

Victime de rumeurs sur son annulation, une partie du public ne s’est pas déplacé dans l’édition 2018 du festival de rock creusois. Son bilan financier a fini dans le rouge. « La trésorerie d’avance n’a pas suffi, nous avons organisé un loto pour repasser dans le vert », détaille Bernard Morand, directeur du Festival Rock en marche, né en 1996.

L’édition 2019 aura donc bien lieu. Au programme : 10 concerts, un cabaret, un feu d’artifice et évidemment, un spectacle de moto. Du stunt, avec Romain Jeandrot, un pilote star de la discipline.

Liquid Festival, 9 et 10 août à Saint-Jouvent (Haute-Vienne)

L’association Sans faire de bruit a mis en ligne une cagnotte Ulule pour permettre une deuxième édition du festival, les 9 et 10 août prochains. La première édition a eu lieu l’été dernier à Saint-Jouvent, en Haute-Vienne.

L’artiste français Biga Ranx était associé à l’événement. Cette année, il s’est retiré de l’organisation. « Il a décidé de ne plus mettre l’argent nécessaire […]. Il dit s’être fait voler son festival », écrit l’organisation sur sa page Facebook.
 
L'édition 2018 du Liquid Dub Festival à Saint-Jouvent (87)

La perte du partenaire financier met à mal le festival dont les coûts s’élèvent à près de 170 000 euros selon le budget prévisionnel des organisateurs. Dans la présentation de leur financement participatif, ils précisent que le festival aura lieu si la barre des 15 000 euros est franchie « avec des artistes moins connus ». Une grande scène verra le jour à partir de 25 000 euros. Pour l’heure, 1 000 euros ont été récoltés au moins d’avril. La cagnotte se ferme le 3 mai. Si l’objectif n’est pas atteint, l’argent revient aux donateurs.

Le festival a retiré « dub » dans le nom pour s’ouvrir à d’autres styles de musiques et un public plus large. S’il a lieu, on entendra du reggae, de la dub, du hip hop et de la musique actuelle dans la campagne limousine. Une partie de l’événement devrait être gratuite, elle associerait des artistes locaux aux côtés des pointures rêvées de l’organisation comme les tourangeaux de Chill Bump.
 
Pour rendre les festivals plus forts, l’office de tourisme des Monts du Limousin à Ambazac centre la communication sous un seul « label » (Destination Festival). Elle réunit : Graines de rue, Bandafolie’s, 1001 Notes, Imagi’Nieul, Liquid Festival, Buis Blues Festival et Festi’Zac.

 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
musique culture festival