Des vestiges uniques de thermes antiques découverts à Evaux-les-Bains

Publié le
Écrit par Thomas Milon avec Nina Santi.

A l'occasion de travaux de réhabilitation au complexe thermal d'Evaux-les-Bains, des traces de thermes antiques ont été mis au jour lors de fouilles menées depuis avril 2022. Une découverte exceptionnelle.

Depuis avril 2022, une équipe d'archéologues de l'Inrap (institut national de recherches archéologiques préventives) conduisait une fouille plutôt classique à l'extérieur des thermes d'Evaux.  

Avant des travaux d'aménagement, il fallait étudier des vestiges gallo-romains, classés monuments historiques depuis 1840 où le projet d'extension allait empiéter.  

L'opération, initiée et élaborée par la direction régionale des affaires culturelles (DRAC) a alors révélé tout un pan jusqu'ici inconnu du site antique qui date entre la fin du Ier et du IIe siècle !  

Les vestiges, dans un état de conservation remarquable, sont composés de quatre bassins où jaillissaient des sources d'eau chaude. "On a une salle de 10 mètres de diamètre qui se développe sur la façade du grand hotel. Elle a été accolée à la façade lors d'un agrandissement du monument" explique les pieds dans la terre Frédéric Méténier, responsable scientifique de la fouille (Inrap).

Une salle, la plus luxueuse des thermes était sûrement couverte par une coupole ornée de mosaïques et pierres et de matériaux précieux de différentes couleurs.   Les travaux ont également mis en évidence des extensions, elles aussi, jusque là inconnues.    

Un plan avait été réalisé en 1934 mais avec des erreurs. Cette  découverte modifie en profondeur les connaissances de la période antique en Limousin. Demain, le défi sera de faire cohabiter une construction neuve sur des vestiges archéologiques classés.   "On risquait de mutiler gravement des vestiges dont on avait le soupçon qu'ils existaient dont on ne connaissait pas la valeur réelle. Le deuxième bassin découvert comporte toute une série de traces d'époque" indique Christine Diacon, directrice adjointe de la DRAC.  

Atout majeur    

L'opération de fouille a pu être vue au début comme une contrainte de travaux pour le gérant de l’hôtel mais désormais comme un atout majeur. "On va peut être aller plus loin que prévu en essayant d'exploiter l'intégralité du site qui est incroyable" sourit Jean Monteiro, directeur général du Grand Hôtel Thermal. 

Rien n'a encore été décidé quant à l'avenir du site mis au jour. Il pourrait être ré-enfoui ou remis en eau.

 

Pour cette opération, l'Etat a investi 150 000 euros sur un montant total de 300 000 euros. Le projet de rénovation et de redynamisation de la station thermale, qui fait partie du plan particulier pour la Creuse (PPC) se décline autour de quatre axes principaux : la réhabilitation du grand hôtel thermal et de son restaurant, l'extension du centre de bien-être, la mise en place d'un système de récupération et de valorisation des calories des eaux thermales (réseau de chaleur) et le développement de la dermo-cosmétique issue de l'eau thermale.