Cet article date de plus de 3 ans

Vives inquiétudes pour les HLM de Creuse

Le projet de loi de finances 2018 examiné à partir du 17 octobre 2017 prévoit une économie de 1,5 milliards d'euros sur les APL, baisse compensée par les bailleurs sociaux. Invisible pour les allocataires, elle se traduira par un arrêt des réhabilitations en Creuse, un coup dur pour le bâtiment.
La réhabilitation de cet ensemble de 183 logements à Guéret va être stoppée
La réhabilitation de cet ensemble de 183 logements à Guéret va être stoppée © F3 Limousin / M. Dégremont
C'est un dossier qui devrait faire du bruit chez les bailleurs sociaux, comme ce fut le cas lors de leur congrès de Strasbourg fin septembre. Le projet de loi de finances 2018 qui arrive en débat à partir du 17 octobre 2017 à l'Assemblée nationale prévoit une économie de 1,5 milliard d'euros sur les APL (Aides Personnalisées au Logement).
Cette baisse doit être compensée par les bailleurs, c'est-à-dire les offices HLM. Selon les revenus des résidents, ce sont entre 50 et 60 euros qu'il faudra compenser par foyer.

Pour Frédéric Suchet, président de Creusalis, l'Office Public de l’Habitat de la Creuse, cette baisse des APL sera invisible pour les allocataires puisque elle est compensée, certains vont même y gagner quelques euros. Ils n'en verront les conséquences que lorsque les ascenseurs en panne ne seront pas réparés ou les vitres cassées non-remplacées.

PAS DE CONSEQUENCE SUR LES LOYERS MAIS UN COUP DE FREIN SUR LA REHABILITATION


En Creuse, où se situent 5000 logements HLM, avec 80% de résidents allocataires des APL, cette situation va se traduire par une coupe sombre de 2,4 millions d'euros dans le budget. Conséquence directe : l'arrêt de tous les programmes de réhabilitation de son parc de logements. Il aura un effet boule de neige désastreux sur l'économie locale puisque Creusalis assurait jusqu'ici 50 % du chiffres d'affaires des entreprises du bâtiment. A Guéret, par exemple, 183 logements devaient être réhabilités, l'architecte était même nommé et les entreprises choisies.

Creusalis précise ne faire "ni résistance, ni chantage" mais simplement alerter en espérant quelques amendements à cette loi qui sera examinée à partir du mardi 17 octobre 2017, jour choisi par Creusalis pour une fermeture symbolique de ses services
De son côté, l'office HLM de Limoges tiendra une conférence de presse sur le même thème la veille, le 16 octobre 2017.

durée de la vidéo: 00 min 38
Les HLM de Creuse très inquiets des baisses de l'APL ©F3 Limousin

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
logement société politique