Crise sociale : le plaidoyer du député socialiste des Landes Boris Vallaud en faveur d'un revenu de base dès 18 ans

Le député socialiste des Landes Boris Vallaud porte une proposition de loi visant à allouer un revenu de base et une dotation de 5 000 euros pour tous les Français, et ce dès 18 ans. Il revient sur le détail de ce projet, soumis à une consulation citoyenne via une plateforme en ligne
Le député PS de la 3è circonscription des Landes Boris Vallaud
Le député PS de la 3è circonscription des Landes Boris Vallaud © ROMAIN LAFABREGUE / AFP
"C'est dur d'avoir 20 ans en 2020", reconnaissait le président Emmanuel Macron dans son allocution télévisée le 14 octobre. Une jeune génération qui vit souvent plus difficilement que ses aînés les restrictions, couvre-feu, confinement, et la fermeture des bars et lieux de fêtes. Mais surtout, une génération qui doit trop souvent faire face à une précarité et des difficultés d'insertions amplifiées par la crise économique actuelle.

"Une génération qui a toutes les chances d'être sacrifiée"

Actuellement, le RSA est alloué à compter de 25 ans, le minimum vieillesse lui, est attribué à compter de 65 ans. Et si, cette jeune génération avait, elle aussi droit à un revenu minimum de base ? C'est en tout cas le pari fait par le député socialiste des Landes Boris Vallaud, qui organise, sur ce sujet une consultation citoyenne et a rédigé une proposition de loi.  

"C'est certain qu'on vit mieux à 17 ans chez ses parents qu'à 19 ans, une fois qu'on a quitté le foyer. Or, il y a une sorte de rite initiatique qui est communément admis, et qui voudrait que les jeunes en bavent un peu : pour trouver du travail, pour financer leurs études, pour réussir à se loger… ", assure Boris Vallaud.

Des difficultés, particulièrement accentuées, estime l'élu, par la crise sanitaire liée au Covid-19.

Nous vivons une crise économique et sociale considérable. Des aides ont été accordées aux entreprises, mais pas pour cette 'génération Covid', qui a toutes les chances d'être sacrifiée si on ne fait rien.

Boris Vallaud, député PS des Landes

Une proposition de loi pour un revenu minimum pour les jeunes


Revenu de base

L'idée d'un revenu de base n'est pas nouvelle : elle avait fait son entrée dans le débat public portée par le candidat malheureux à l'élection présidentielle Benoît Hamon. Puis son instauration a été réclamée par plusieurs conseils départementaux socialistes, dont la Gironde et les Landes.
C'est en s'appuyant sur ces prémices d'expérience que Boris Vallaud et Hervé Saulignac, député socialiste de l'Ardèche, souhaitent appuyer leur proposition de loi pour une Aide individuelle à l'émancipation solidaire (Ailes).
 


Une dotation universelle de 5 000 euros

"Il s'agit d'un revenu de base versé automatiquement dès l'âge 18 ans, et dont le montant dépendrait du foyer fiscal des parents en cas de rattachement à ce dernier. Cela permettrait à certains de pouvoir mettre la tête hors de l'eau, de leur faciliter la vie et de retrouver un emploi", estime Boris Vallaud.

A cette aide mensuelle de 564 euros, combinant RSA et prime d'activité, s'ajouterait un versement de 5 000  euros, crédité directement sur le Compte personnel d'activité des bénéficiaires.
"Ces 5 000 euros pourraient permettre de reprendre une formation, de se lancer dans une aventure entrepreneuriale, ou encore de régler des problèmes de mobilité", énumère le député qui rappelle une étude commandée en 2017 par le Laboratoire de la mobilité inclusive : "un Français sur cinq refuse une offre d'emploi parce qu'il ne peut pas s'y rendre… Dans ma circonscription, ces problèmes de mobilités sont un vrai sujet ! "

Taxer les multinationales

Le financement de ce coup de pouce, le député socialiste le voudrait "à travers plus de distribution et de justice fiscale", détaille-t-il. 

Il s'agirait de taxer les très grosses successions. Quand on a hérité d'une rente, on est très peu prélevé. Il serait normal de participer à la solidarité",

Boris Vallaud, député socialiste


Autre piste : " les multinationales qui ne paient pas ou très peu d'impôts". Le groupe socialiste propose notamment de taxer les sociétés domiciliées à l'étranger et qui vendent pour plus de 150 millions d'euros de biens ou services en France.

Consultation citoyenne

Cette proposition de loi portée est consultable sur la plateforme Parlement et citoyens.  Depuis le 5 novembre, et jusqu'au 13 décembre, chacun est invité à contribuer, donner son avis, émettre ses réserves…
Des avis qui pourront ensuite devenir des amendements sur le projet de loi, portés par les députés Vallaud et Saulignac. La proposition de loi sera ensuite déposée à l'ordre du jour de l'Assemblée nationale en février 2021. 

"Chacun des aspects de cette proposition peut enrichir, amender et nourrir ce projet, assure Boris Vallaud selon qui cette démarche relève d'un pari :  celui de l'intelligence de la participation citoyenne et du débat apaisé".
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
solidarité société politique coronavirus/covid-19 santé