A Niort le collectif Sauve qui poule sensibilise les consommateurs

Publié le

Ils prônent l'élevage en plein air, et s'opposent au confinement et à l'abattage systématique préconisé en raison de la grippe aviaire. Les éleveurs du collectif Sauve qui poule des Deux-Sèvres étaient mobilisés ce 14 mai à Niort pour défendre un élevage de qualité.

Depuis le début de cette épidémie de grippe aviaire, plus d'un million de volailles ont été abattues dans les Deux-Sèvres.

Constitué, comme 11 autres en France, après l’arrêté du 4 novembre 2021 qui ordonnait le confinement des volailles en raison de la grippe aviaire, le collectif Sauve qui poule des Deux-Sèvres rassemble 70 éleveurs indépendants de volailles en plein air, qui demandent à ne pas être assujettis à des mesures adaptées aux élevages industriels. 

Contre l'abattage systématique

"On a exactement les mêmes restrictions que les filières industrielles, on nous fait vider nos élevages, on nous interdit de les remettre en place et on ne sait pas jusqu'à quand " déplore Virginie Millasseau, éleveuse de volailles de plein air.

L'abattage systématique, ces éleveurs ne peuvent pas le comprendre : "Quand on fait des écouvillons et qu'on prouve que nos animaux sont sains, c'est un peu dommage" regrette Fabrice Gatard, lui aussi éleveur de volailles de plein air.

Dégustation à l'appui

Rassemblés à Niort ce samedi, ces éleveurs ont fait appel au soutien des consommateurs. Au programme échange mais aussi dégustation de rillettes et de pâtés de volaille.

"Je trouve que les paysans qui essaient de faire une agriculture de qualité sont pénalisés par rapport à ceux qui produisent de la merde" soutient une consommatrice convaincue.

Des consommateurs qui n'ont pas hésité à signer massivement une pétition pour soutenir le mouvement.