• ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • SOCIÉTÉ
  • FAITS DIVERS
  • SPORT
  • CULTURE

Deux-Sèvres : un accueil social pour les retraités au Pin

© ftv
© ftv

Au Pin, dans les Deux-Sèvres, une association offre un accueil social à des retraités. Des anciens commpagnons Emmaüs poursuivent leur vie communautaire dans un village solidaire. C'est le deuxième volet d'une série diffusée ce mercredi soir dans Enquêtes de régions sur France 3 Nouvelle-Aquitaine.

Par Valérie Prétot

Que deviennent les compagnons d'Emmaüs lorsqu'ils sont en âge de partir à la retraite ?

Dans le nord des Deux-Sèvres, l'association "Vivre au peu" leur permet de rester dans le sillage de la communauté.
Les compagnons sont logés individuellement mais ils continuent de bénéficier d'une vie collective. Repas, sorties, activités, tout est fait pour permettre à ces séniors de rompre l'isolement.


Quand on n'a pas une grosse retraite, on a peur de retomber, on ne connaît plus personne, confie l'un d'eux.


Georges était prêtre ouvrier, il a opté pour cette vie communautaire au coeur de la campagne tout comme Renée qui réussit à se loger pour 365 euros de loyer mensuel, malgré une maigre retraite de 664 euros.

C'est la communauté Emmaüs de Mauléon qui est à l'origine de cette initiative.
Depuis, Le Pin a pris des allures de village solidaire comme l'aurait sans doute souhaité l'Abbé Pierre qui a tout mis en oeuvre pour que les plus défavorisés trouvent à se loger dignement et durablement.

Regardez ce reportage de Dominique Laveau, Marion Ptak, Manuet Naudin et Martine Sitaud.
Un accueil social pour des retraités

Un reportage à voir ce mercredi dans le cadre d'Enquêtes de régions en Nouvelle-Aquitaine diffusé à 23h35, après Soir3.


Le magazine est intitulé cette semaine "Précarité : peut-on vraiment en sortir?" 


Si le mouvement des «gilets jaunes» a pu mettre en exergue une certaine forme de précarité, que dire alors du quotidien de retraités, d’étudiants, d’employé(e)s à temps partiel ?
L’émission, dont les plateaux ont été tournés à la Banque Alimentaire de Bordeaux, met en exergue des situations personnelles semblant bien constituer une minorité silencieuse sur le territoire de la Nouvelle-Aquitaine.
« Etudiant, je ne mange pas à ma faim » : rencontre avec des jeunes étudiants bordelais qui donnent une priorité absolue à leurs études… Issus de familles modestes, leur budget nourriture ou habillement est proche du néant.

«Territoire zéro chômeur» : l’initiative est née dans le nord des Deux-Sèvres. Des entreprises perçoivent directement l’aide que l’Etat verse à une personne sans emploi… En échange, elles lui donnent un travail (en valorisant son salaire si l’activité rapporte). L’expérience est un succès.

«Retraité, je dois encore travailler» : A Limoges, certains retraités doivent continuer à exercer une activité professionnelle pour pouvoir vivre décemment.

Plusieurs invités seront aux côtés de Vincent Dubroca : Jean-Pierre Lopy, directeur Auchan Bouliac, Pierrette Castagné, communication Banque Alimentaire, Pierre Pouget, président du réseau des Banques Alimentaires de Nouvelle-Aquitaine, Laure Jaud, conseillère en économie sociale et familiale, Jean Petaux, politologue.

 A voir et à revoir sur France 3 Nouvelle-Aquitaine et na.france3.fr
 

A lire aussi

Sur le même sujet

Emilie Beau

Les + Lus