• ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • SOCIÉTÉ
  • FAITS DIVERS
  • SPORT
  • CULTURE

Deux-Sèvres : après la sécheresse, les maraîchers demandent l'état de calamité agricole

Chez Amandine Pacault comme chez tous les maraîchers des Deux-Sèvres, les légumes ont du mal à pousser. / © Anne-Marie Baillargé/ France Télévisions
Chez Amandine Pacault comme chez tous les maraîchers des Deux-Sèvres, les légumes ont du mal à pousser. / © Anne-Marie Baillargé/ France Télévisions

La période de sécheresse et les fortes chaleurs entraînent des pertes importantes chez les maraîchers bio des Deux-Sèvres. Ils commencent à s'organiser pour engager une démarche de reconnaisance de l'état de calamité agricole.

Par Christine Hinckel

Amandine Pacault est installée à Saint-Pardoux-Soutiers dans le nord des Deux-Sèvres. Cet été, elle a perdu 2 000 plants de choux en deux jours. Dans son installation, comme chez tous ses collègues du département, les pertes consécutives à la sécheresse et aux fortes chaleurs après un printemps froid et humide sont considérables. les conditions météo ont également favoriser les attaques d'insectes, comme les altises sur les choux.
Claire Aminot, une maraîchère bio de La Tessonnière, estime qu'elle a perdu de 30 à 50% de ses cultures.
Les feuilles des plants de tomates ont été grillées par les fortes chaleurs et le manque d'eau. / © Anne-Marie Baillargé/ France Télévisions
Les feuilles des plants de tomates ont été grillées par les fortes chaleurs et le manque d'eau. / © Anne-Marie Baillargé/ France Télévisions

Les choux ont particulièrement souffert mais toutes les variétés ont été touchées.

"Les tomates, les aubergines, les poivrons, les haricots verts, j'a beau coup moins de rendement que d'habitude. Les premières feuilles ont grillé et après ça a eu du mal à repartir. Il y a de la perte en tout pour le rendement général." explique la jeune maraîchère. 

Il y a environ 80 producteurs de fruits et légumes bio dans le département. Pour la première fois dans le département, ils vont demander la reconnaissance de l'état de calamité agricole pour la profession afin d'obtenir des indemnisations.
En 2018, après la sécheresse, les céréaliers, les éleveurs et les arboriculteurs avaient eux aussi déposer des demandes. Dans un premier temps, les maraîchers vont évaluer les dégâts et ensuite la Direction Dépatementale des Territoires et la Chambre d'Agriculture vont mener un travail d'expertise sur les exploitations ayant déclaré des dégâts. il faut au moins constater 30% de pertes pour pouvoir obtenir une indemnisation.

Etat des lieux chez deux maraîchères des Deux-Sèvres avec le reportage d'Anne-Marie Baillargé, Louis Claveau et Jennifer Russeil :

 
Les maraîchers des Deux-Sèvres touchés par la sécheresse
Les maraîchers des Deux-Sèvres s'organisent pour demander la reconnaissance de l'état de calamité agricole. Reportage d'Anne-Marie Baillargé, Louis Claveau et Jennifer Russeil

Sur le même sujet

Pavillon Ocean

Les + Lus