Deux-Sèvres. Dans les coulisses de la réouverture du parc Zoodyssée

Publié le Mis à jour le
Écrit par Morgane Jacob

Après quelques semaines de trêve hivernale, le parc animalier de Villiers-en-Bois a rouvert ses portes au public ce samedi 5 février : une grande occasion pour suivre les soigneurs pour les derniers préparatifs.

A quelques heures de la réouverture, les 800 animaux de Zoodyssée doivent bien se douter que les vacances sont finies. Les équipes du parc, elles, n'ont pas chômé cet hiver : la volière des hiboux grands-ducs a été rénovée, les enclos des loutres, des mouflons de Corse et des lézards ocellés sont tout neufs, et la mini-ferme est en cours de réaménagement.

Ce samedi matin, une équipe de France 3 a suivi les soigneurs, bien occupés à effectuer les derniers préparatifs, jusqu'au moindre détail. Au programme : "déjà, le tour de sécurité systématiquement, s'assurer que les animaux aillent bien, qu'il n'y ait pas de problème d'évasion, ou d'animal malade tout simplement", détaille Frédéric Jourdin, chef animalier à Zoodyssée, "ensuite on peut démarrer le nourrissage".

Malheureusement, au moment du petit-déjeuner pour les vautours, tout ne se passe pas comme prévu : les charognards sont de bien mauvaise humeur, et la tournée générale de poulet n'y change rien. "Ils ont un comportement un peu agressif ce matin", remarque Frédéric, "hier il y avait une ponte et ce matin, il n'y a plus de ponte, donc l'œuf a disparu ou il a été cassé, donc on va voir comment ça va se passer". Ce sont les aléas d'un parc animalier, et dans ces cas-là, la volière peut rester fermée au public.

Le retour au grand air

D'autres animaux se montrent bien plus heureux quand le zoo reprend vie. Les aurochs, par exemple, savent que le retour des visiteurs rime avec la vie au grand air dans leur vaste enclos : "quand on les lâche en prairie après quelques temps en paddock, on a des animaux qui sont contents de retrouver la plaine et l'espace", s'émerveille Corentin Nivard, soigneur animalier, "donc ils vont venir se frotter sur les arbres et sauter un peu partout !"

Dans le parc, les visiteurs peuvent observer 90 espèces d'animaux européens. Parmi eux, les élans semblent particulièrement enthousiastes : "c'est intéressant pour eux, le fait qu'ils n'aient vu personne, et maintenant ils vont retrouver un peu d'activité, la vision des gens, le mouvement, ça leur plaît beaucoup", d'après Frédéric Jourdin. 

Les petits retardataires, ce sont sans doute les serpents, qui doivent terminer leur hibernation dans de gros frigos avant de retrouver le public. Les soigneurs viennent s'assurer qu'ils ne perdent pas de poids avant de prévoir leur retour dans le vivarium.

Le retour à la vie d'avant ?

Ce début de février a donc un petit goût de rentrée dans le parc animalier de la forêt de Chizé, fermé depuis novembre dernier. Pour cette nouvelle saison, le zoo espère bien renouer avec sa fréquentation d'avant la crise sanitaire, et compte bien retrouver 70.000 visiteurs. Covid oblige, il faudra toutefois se munir d'un masque et d'un pass sanitaire (dès 12 ans) ou vaccinal (à partir de 16 ans) pour déambuler dans les 30 hectares du parc.

Reportage d'Alain Darrigrand et Ausgustin Guillot