Du matériel d'irrigation vandalisé dans les Deux-Sèvres : le projet des réserves d'eau dans le viseur des auteurs

Plusieurs exploitants des Deux-Sèvres ont été victimes d'actes de vandalisme. Ces dégradations se sont déroulées chez des irrigants qui devraient bénéficier d'une réserve d'eau géante.

Une rampe d'irrigation a été saccagée à Aigondigné.
Une rampe d'irrigation a été saccagée à Aigondigné. © Alain Darrigrand, FTV
Plusieurs agriculteurs ont été victimes d'actes de vandalisme le week-end du 12 et 13 septembre dans le pays mellois.
Jacky Mesmin, dont l'exploitation est située à Aigondigné, a retrouvé sa rampe d'irrigation saccagée.
"Tous les supports sont pliés, tout est foutu, j'en ai au moins pour 30.000 euros et il y en a pour 15 jours, trois semaines de travail", se désole le cultivateur deux-sévrien qui explique qu'il avait investi dans du matériel neuf pour arroser le fourrage de son bétail.
L'agriculteur est d'autant plus dépité que son installation est censée être économe en eau.
"On consomme moitié moins d'eau qu'une installation classique, moitié moins d'énergie car on travaille en basse pression".
Dans le pays mellois, la cabane d'irrigation d'un autre exploitant a aussi été endommagée.
Une cabane d'irrigation endommagée.
Une cabane d'irrigation endommagée. © Alain Darrigrand, FTV
Le propriétaire qui souhaite rester anonyme, est abasourdi : "C'est notre outil de travail qu'on a détruit celui de nos voisins, on travaille énormément, on essaie d'expliquer notre métier aux gens et on subit des actes de vandalisme" déplore l'irrigant des Deux-Sèvres.

Un sujet polémique

Ces dégradations ont été commises chez des exploitants qui pourraient bientôt bénéficier d'une réserve d'eau géante. Un sujet particulièrement sensible dans ce département où la construction de bassines a créé de nombreuses polémiques. Alors que les exploitants ont déposé plainte, la Coop de l'eau 79 a dores et déjà fait entendre sa détermination.

C'est pas des actes comme ça qui vont nous décourager, nous faire baisser les bras et nous empêcher d'avoir un dialogue, au contraire.

Thierry Boudaud, président Coop de l'eau des Deux-Sèvres.

La réaction du collectif Bassines Non Merci

De son côté, le Collectif citoyen « Bassines Non Merci » (BNM) s'est insurgé contre la position de la coopérative de l’eau, qui selon BNM "semble vouloir établir un lien entre ces évènements et le projet de 16 bassines dont elle est porteuse", dans un communiqué, le collectif citoyen tient à préciser que "le collectif n’a jamais encouragé les citoyens qui le soutiennent et le suivent, à agir de la sorte et que les actions de Bassines Non Merci se situent dans le respect des règles démocratiques et républicaines, au grand jour et à visage découvert". 
Vous pouvez consulter l'intégralité du communiqué ici :

Le communiqué de presse de BNM


Le préfet des Deux-Sèvres, Emmanuel Aubry, a condamné ces actes sur les réseaux sociaux.


Réserves de substitution

La Société coopérative anonyme de l’eau des Deux-Sèvres s’est engagée, depuis 2011, dans un projet de réalisation de dix-neuf réserves de substitution. L'objectif est de stocker 8,4 millions de m3. Ce programme unique en France a suscité de nombreuses manifestations ces dernières années.

Reportage de Dominique Laveau et Alain Darrigrand à Aigondigné : 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
agriculture économie polémique société