Témoignage d'un professeur de Melle : Je ne dois plus avoir aucun contact ni avec mes élèves, ni avec le lycée

Le 3 février 2020, près de 200 personnes se rassemblent devant le lycée Desfontaines de Melle pour tenter d'interdire l'accès aux salles d'examen, c'est l'épreuve d'anglais qui était programmée ce lundi matin. / © FTV
Le 3 février 2020, près de 200 personnes se rassemblent devant le lycée Desfontaines de Melle pour tenter d'interdire l'accès aux salles d'examen, c'est l'épreuve d'anglais qui était programmée ce lundi matin. / © FTV

Trois professeurs du lycée Desfontaines de Melle sont suspendus depuis mars pour avoir manifesté contre la réforme du bac. Alors qu'une pétition de soutien vient d'être mise en ligne, l'un des enseignants témoigne de son interdiction provisoire d'enseigner et d'être en contact avec les élèves.

 

Par Valérie Prétot

Parmi les trois professeurs du lycée Desfontaines de Melle qui ont été suspendus mi-mars par le rectorat suite à une manifestation contre la réforme du bac, l'un des enseignants a accepté de nous faire part de son témoignage, mais sous couvert d'anonymat.

Depuis ma convocation au rectorat, je ne dois plus approcher le lycée ni avoir aucun contact avec les élèves,
- l'un des trois enseignants suspendus.

"Mi-mars, j'ai été convoqué par le rectorat qui m'a notifié une suspension de 4 mois, on m'a demandé de ne plus avoir aucun lien ni avec les élèves ni avec les enseignants du lycée" regrette l'un des trois professeurs qui détaille les modalités de sa suspension provisoire.
"Le rectorat m'a stipulé de ne plus approcher le lycée, ça a été douloureux, à partir de ce moment là, je n'ai plus eu de nouvelles de mes élèves. En milieu rural, cela est synonyme de mort sociale" poursuit l'un de ces fonctionnaires toujours dans l'attente des résultats d'une enquête administrative diligentée par le rectorat.
Ecarté(e) de son lycée d'affectation, le ou la professeur(e) tient a partager l'inquiétude des personnes suspendues provisoirement.
"On n'a aucune prise pour se défendre et on est inquiet de la tournure des événements car il s'agit d'une enquête à charge et cela peut détruire des vies".

On a un couperet au dessus de la tête, ça peut-être une radiation, une mutation, certains rectorats ont fait le choix de faire des exemples pour étouffer la mobilisation, la révolte qui grondait de plus en plus.

"A Melle, ce jour là, sur les 55 enseignants de l'équipe pédagogique, il y avaient un trentaine de professeurs mobilisés, ils ont suspendu ceux qu'ils considéraient être les meneurs, les plus visibles pour que tout le monde ait peur", déplore l'enseignant(e).

Une pétition en ligne

Certains de ses collègues du lycée Desfontaines de Melle viennent de lancer une pétition en ligne pour soutenir les trois enseignants qui pourraient être sanctionnés pour s'être mobilisés contre le réforme du bac. Ces trois professeurs ont été suspendus pour 4 mois dans l'attente d’une enquête administrative qui devrait s'achever fin mai.
"Ce vendredi 15 mai 2020, trois enseignants du lycée Desfontaines de Melle ont été auditionnés dans l'enceinte de leur lycée, où se déroule une enquête administrative. Cette enquête fait suite à leur suspension de quatre mois à titre conservatoire, aujourd'hui, le rectorat se dépêche de réprimer à huis-clos, tant que les lycées sont encore fermés. Il y a urgence à soutenir nos collègues, en particulier d’ici la fin de l’enquête administrative", stipule la pétition mise en ligne sur la plateforme change.org.

La chronologie des faits : manifestation le 3 février 

Comme nous l'avions relaté sur notre site, le 3 février dernier les épreuves de contrôle continu du bac avaient été reportées au lycée Desfontaines de Melle suite à une manifestation qui s'était tenue devant l'établissement.
Une quarantaine de gendarmes avaient été mobilisés alors que des opposants à la réforme du bac manifestaient contre les E3C, les épreuves de contrôle continu du nouveau bac.
Près de 200 personnes s'étaient alors rassemblées devant l'établissement, des professeurs mais aussi des lycéens et des parents d'élèves.

En mars, 3 enseignants sont menacés de sanctions 

Le 10 mars, trois professeurs du lycée Desfontaines sont convoqués au Rectorat de Poitiers pour avoir perturbé le déroulement des épreuves de contrôle continu, les épreuves anticipées E3C du bac. Une manifestation de soutien réunie alors près de 200 personnes. Selon le syndicat Sud Education des Deux-Sèvres, "Le Rectorat leur interdit alors d'être en contact avec les élèves suite à une mesure conservatoire, ils sont aussi interdits de liens avec leurs remplaçants". 

C'est le premier lycée en France qui s'est mobilisé, c'est pour ça qu'ils en font un symbole, on ne peut pas laisser faire cette répression alors qu'en France la mobilisation contre la réforme du bac est massive,
- Delphine Drouet, co-secrètaire de Sud Education des Deux-Sèvres

Plus de 1500 signatures 

La pétition qui a recueilli près de 1500 signatures, est adressée au Ministère de l’Education nationale, elle exige "l'abandon de l'enquête administrative et de toute procédure disciplinaire, la levée de la suspension et toute sanction à l’encontre de leurs collègues".
Sud éducation estime qu'il y a actuellement une dizaine de procédures engagées en France suite aux manifestations contre les épreuves du bac. Elles concerneraient un tiers des académies selon le syndicat.
Une autre forme de mobilisation a été lancée sur Youtube pour soutenir les enseignants qui ont été suspendus à titre conservatoire. Avec le hashtag #SoutienAux3deMelle, les internautes sont invités à faire des selfies pour témoigner de leur soutien.
Des enseignants de Melle lancent une pétition en ligne
 
 

Sur le même sujet

Les + Lus