Cet article date de plus de 3 ans

Thouars : mobilisation pour la journée régionale de la psychiatrie

Avec une pièce de théâtre comme moyen de revendication, les acteurs du milieu psychatrique de Thouars ont laisser éclater leur souffrance et leurs problème de travail.
Mobilisation à l'occasion de la journée régionale de la psychiatrie à Thouars (Deux-Sèvres)
Mobilisation à l'occasion de la journée régionale de la psychiatrie à Thouars (Deux-Sèvres) © France 3 Poitou-Charentes / C. Cottaz

Une pièce de théâtre sur une scène improvisée dans la rue. Des comédiens en blouse blanche et des slogans en guise de décor. Une farce qui n'en est pas une pour du personnel en souffrance qui ne peut pas exercer son métier dans de bonnes conditions.
 

Le personnel, c'est l'outil principal pour les soins psychiatriques


Ils étaient une centaine de manifestants de toute la région à manifester à Thouars : des infirmières, des aide soignants, des éducateurs, rejoints par un collectif de défense des usagers. Pour eux, l'hôpital n'est pas une entreprise.
 

On traite seulement le symptôme, on ne traite plus l'humain


Anne Collin, éducatrice spécialisée à l'hôpital Nord Deux-Sèvres déplore que, par manque de temps et de moyens, le personnel soignant ne puisse plus s'intéresser à ce qu'il y a de plus important chez le malade : son histoire, son environnement et sa manière de vivre avec sa maladie. Sans remettre en question le médicament, elle estime que "le soin ne s'arrête pas là. Il faut les aider, les accompagner pour qu'ils puissent vivre le plus normalement possible."

Diminution de moyens, de lits, de temps et, évidemment, baisse d'argent. Pour l'hôpital Nord Deux Sèvres, le budget, en psychiatrie, a baissé de 15%.
 

durée de la vidéo: 01 min 39
Journée de défense de la psychiatrie



 



 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
santé société