Deuxième noyé en trois jours sur la côte Aquitaine

Le corps d'un adolescent de quinze ans, qui avait disparu jeudi alors qu'il se baignait avec des amis sur la plage du Truc Vert au Cap-Ferret, a été retrouvé ce matin. Mercredi déjà dans les Landes, un enfant de sept ans avait été emporté par une vague et n'a pas survécu. 

panneau explicatif des baïnes aux Etats Unis
panneau explicatif des baïnes aux Etats Unis
C'est un terrible début de saison sur la côte Aquitaine. Alors que les postes de secours ne sont pas encore ouverts, même si des MNS patrouillent sur certaines plages comme au Grand Crohot en Gironde, deux drames rappellent une énième fois les dangers de l'océan Atlantique. 

L'adolescent disparu s'est noyé

Jeudi un jeune ressortissant Tchétchène, âgé de quinze ans, se baignait avec des amis sur la plage du Truc Vert au Cap Ferret, quand il a disparu. Alertés, les secours ont déployé des moyens conséquents pour tenter de le retrouver : une vedette de la SNSM, un bateau de sauvetage des pompiers, un plongeur et un hélicoptère de la base militaire de Cazaux. A 22 heures, les recherches avaient été suspendues. Selon sud-ouest.fr, son corps a été retrouvé ce samedi matin. L'adolescent s'est noyé. 
Déjà mercredi à Ondres dans les Landes, une mère et ses trois fils avaient été balayés et emportés par une vague de bord, le redoutable shore break. Un petit garçon de sept ans, transporté dans un stade avancé de noyade à l'hôpital de Bayonne, n'a pas survécu. La famille est originaire des Pyrénées-Atlantiques.

Le danger invisible

Même quand les vagues sont petites comme depuis hier, le risque existe : le principal est celui des courants de baïne au montant comme au descendant, au moment de la marée où ces petites piscines naturelles se remplissent d'eau ou se vident. En l'absence de surveillance des plages et de site de baignade sécurisé, il faut une bonne connaissance de l'océan pour se baigner en sécurité. 
Plus que jamais, la prudence doit être de mise notamment lors de ce week-end de Pentecôte estival. D'autant plus que l'eau froide, au maximum dix-huit degrés, limite les chances de survie. 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
noyade faits divers région nouvelle-aquitaine littoral
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter