En Dordogne, une trésorerie vit ses dernières heures... comme tant d'autres

Une trésorerie rurale à nouveau fermée en Dordogne / © France 3 Périgords - Bruno Ardouin & Elsa Arnould
Une trésorerie rurale à nouveau fermée en Dordogne / © France 3 Périgords - Bruno Ardouin & Elsa Arnould

Encore une trésorerie rurale qui baisse rideau. A partir de ce soir à Saussignac l'administré est prié de prendre son téléphone ou sa souris. Et s'il veut être entendu par un agent, sa voiture. Si il en a une. Les employés quittent les lieux, les locaux seront vidés au 31 décembre... Tableau banal

Par Pascal Faiseaux

A Saussignac 480 habitants, près de Bergerac, beaucoup se sont déjà résignés.  Il faut dire que depuis une 15 aine d'années le débat ou la contestation n'ont pas changé le cours de l'exode rural des services publics.

Certes quelques batailles ont été gagnées, de haute lutte. Des sursis ont été accordés lorsque ça "bloquait" vraiment, que les syndicats, les élus et les administrés ont fait front commun.

Mais les gouvernements successif toutes tendances confondues n'ont jamais fléchi dans cette politique de réduction tous azimuth des personnels, suppression d'accueil au public, regroupements ou fermetures de services. Que ce soit dans l'enseignement, la SNCF, les services postaux, ou les trésoreries, le mot d'ordre reste regroupement, réduction de personnels, gestion, moyens constants et plus récemment dématérialisation. Même les communes sont poussées à mutualiser, quitte à y perdre leur âme, leur liberté d'action, leurs spécificité et jusqu'à leur nom.
 
© France 3 Poitou-Charentes
© France 3 Poitou-Charentes


L'exode rural des services publics a accéléré l'exode rural tout court... En dehors de la disparition d'emplois administratifs directs qui ont supprimé des revenus redistribuées sur le terrain, l'absence de services a également fait disparaître les commerces et démotivé les familles qui auraient pu s'installer et faire revivre les campagnes. Un effet boule de neige qui a accéléré le vieillissement des zones rurales, la raréfaction des médecins de campagne. Il semble que le modèle à suivre est nécessairement le regroupement pour une meilleure rentabilité.

Dans cette même logique purement économique, la "métropolisation" et la réforme territoriale, notamment la fusion des régions entraîne un regroupement des paieries régionales dans des grosses structures. Le ministère des finances a supprimé 38 000 emplois en France depuis 2002 et va encore fermer une centaine de trésoreries avant 2019.
 
© France 3 Périgords - Florian Rouliès & Elsa Arnould
© France 3 Périgords - Florian Rouliès & Elsa Arnould


Celles programmées au 31 décembre 2018 se basent toujours sur le même argumentaire, la réorganisation pour de nouvelles pratiques : déclaration sur internet, prélèvement à la source ou suppression de la taxe d'habitation. Plus besoin de contact humain, vos déclarations se font obligatoirement sur Internet. Sauf dans les zones blanches de campagne bien sûr.
 
Les agents des impôts dénoncent la disparition programmée de leur Service Public en zone rurale / © France 3 Périgords - Florian Rouliès & Elsa Arnould
Les agents des impôts dénoncent la disparition programmée de leur Service Public en zone rurale / © France 3 Périgords - Florian Rouliès & Elsa Arnould


Le rythme de fermeture des centres des finances publiques s’accélère sur le territoire essentiellement en milieu rural. Pour citer le cas de la Dordogne près de 150 emplois dans les finances publiques ont disparus au fil de ces dernières années, et les trésoreries ferment en conséquence. Celle de Mussidan a disparu en 2017, celles de Saussignac et Saint Aulaye seront fermées au premier janvier 2019. Et là, mieux vaut ne pas être en zone blanche ou avoir besoin de contact direct pour régler un litige, payer la crèche ou la cantine ou encore percevoir une allocation. Il ne vous restera que la voiture, si vous en avez une.
 
La trésorerie de Saussignac définitivement fermée
Et une de moins ! Encore une fermeture de service public, une trésorerie supprimée et des habitants obligés de se débrouiller par eux-mêmes, comme par hasard en zone rurale. Pour les administrés comme pour la commune il faudra désormais faire près d'une heure de voiture pour avoir le même service... - France 3 Périgords - Bruno Ardouin & Elsa Arnould


Or comme le soulignent les syndicats, ce sont précisément des personnes en difficulté, âgées ou sans moyens (de locomotion par exemple) qui ont besoin d'un service de personne à personne. Habitants et élus des communes rurales voient à nouveau un service public disparaître avec amertume et déplorent une démarche menée uniquement pour des raisons économiques au détriment du service public de proximité.

Même problématique dans le Limousin voisin. En 10 ans, les effectifs sont passés de 900 agents à 600. Dans la région 12 trésoreries rurales vont fermer. Les administrés de Châteauneuf-la-Forêt par exemple doivent désormais se payer une balade d'une cinquantaine de kilomètres pour l'aller-retour à Saint-Léonard-de-Noblat s'ils veulent avoir un contact direct. 

Le maire de Sigoulès, commune liée à Saussignac ne décolère pas : "on nous dit qu'il ne faut pas prendre la route, mais on envoie les usagers toujours plus loin", et Daniel Rabat, le maire de Saussignac de rajouter " ce sont des économies pour l'Etat, mais pas pour l'usager ".

 

L'argumentaire des maires ruraux pour casser les idées reçues sur le monde rural

Dans un dossier de février dernier, l'Association des Maires de France rappelle que :
  • 1 français sur 3 réside dans une commune rurale
     
  • En zone rurale un habitant ne coûte à l'Etat que la moitié de ce que coûte un urbain.
     
  • Les ruraux ne bénéficient que de 9 agents pour 1000 habitants, contre 19 pour 1000 en zone urbaine.
     
  • 85 % des personnes qui s'installent en zone rurale sont des actifs

 

L'argumentaire des maires ruraux pour casser les idées reçues

  •  

Sur le même sujet

Mag Basque : Enfants juifs en Pays basque 1940-1945

Les + Lus