• ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • SOCIÉTÉ
  • FAITS DIVERS
  • SPORT
  • CULTURE

Abeilles : un an après l'hécatombe en Dordogne, toujours pas d'explication définitive

Inquiétude chez les apiculteurs / © France 3 Périgords - Emilie Bersars & Camille Michelland
Inquiétude chez les apiculteurs / © France 3 Périgords - Emilie Bersars & Camille Michelland

L'impact des pesticides sur la mortalité n'a toujours pas pu être avéré... faute de moyen ! Mais une chose est sûre, la nature s'appauvrit et l'apiculture va devoir s'adapter à la surmortalité mondiale des abeilles pour tenter de survivre. Illustration en Dordogne

Par Pascal Faiseaux

Environ 3 000 ruches décimées en Dordogne l'an dernier, et toujours pas de réponse précise sur l'origine de cet épisode inédit, qui semble atténué cette année... Juste de sérieux soupçons sur plusieurs causes possibles et cumulables.

Le frelon asiatique, bête noire des apiculteurs


Le frelon asiatique, redoutable prédateur est bien sûr montré du doigt. Très résistant et prolifique, cette bête noire des apiculteur continue sa progression malgré une lutte acharnée. Sa prédation détruit directement les ruches, mais empêche également les abeilles de constituer des réserves alimentaires avant l'hiver. Les ruches épuisées ne peuvent survivre.

Une nature appauvrie 


L'apauvrissement de la flore. Coquelicots, bleuets, les espèces de végétaux mellifères (propices à la production de nectars et de miel) disparaîtraient progressivement de nos campagnes, à cause des desherbages sélectifs et des changements climatiques. Leur disparition entraînerait des manques de ressource parfois fatals aux ruches.

Les pesticides : manque de preuves


Les pesticides sont évidemment de plus en plus suspectés d'un impact majeur sur la mortalité des abeilles (et autres insectes). On se souvient du gaucho, les glyphosates, néonicotinoïdes et dérivés font l'actualité, mais les apiculteurs n'ont pas vraiment les moyens de prouver l'impact précis sur leurs ruches. Les premiers tests qu'ils ont effectué n'ont pas révélé de cause directe et les tests complémentaires sont trop coûteux pour eux.
  
Moins de mortalité d'abeilles cette année, mais des inquiétudes
Inexplicable, les apiculteurs n'ont pas trouvé l'origine de l'hécatombe qui a ravagé les ruches l'an dernier. Les tests sont trop coûteux pour prouver l'impact des pesticides, le frelon asiatique n'explique pas tout, et le changement climatique non plus... reste que l'avenir est plutôt inquiétant - France 3 Périgords - Emilie Bersars & Camille Michelland
 En savoir plus sur le site de l'Abeille Périgordine
Patrick Laugénie
Pour le Vice-Pdt de l'Abeille Périgourdine, que l'on n'ait pas identifié précisément l'origine de l'hécatombe des abeilles l'an dernier n'empêche que l'avenir de l'apiculture est compromis - France 3 Périgords - Emilie Bersars & Camille Michelland

Sur le même sujet

Moins de mortalité d'abeilles cette année, mais des inquiétudes

Les + Lus