Dordogne : la nièce de Gérald Darmanin et un gendarme en garde à vue pour avoir consulté illégalement des fichiers judiciaires

La jeune femme aurait obtenu du gendarme avec qui elle avait une liaison de consulter le fichier judiciaire de plusieurs personnes proches. Ils ont été placés en garde à vue ce mardi 28 mars au matin

L'affaire n'a de lien avec le ministre de l'Intérieur que le lien de parenté qui les unit puisque la jeune femme concernée n'est autre que la propre nièce de Gérald Darmanin, la fille de sa demi-sœur.

Consultation illégale

Dans cette affaire révélée par RTL ce mardi 28 mars, on apprend que cette jeune femme aurait obtenu de son amant de l'époque, un adjudant commandant d'une brigade de gendarmerie de Dordogne, qu'il consulte les fichiers judiciaires de plusieurs personnes proches. Une consultation évidemment illégale à des fins personnelles.

La mère, l'ex-conjoint, la collègue

Les faits remontent à la fin 2022, lorsque le parquet de Périgueux prend connaissance que l'adjudant aurait consulté plusieurs données judiciaires : le Fichier des Personnes Recherchées, celui du Traitement des Antécédents Judiciaires et le Fichier National des Permis de Conduire. Une recherche ciblée sur quelques personnes, la mère de la jeune femme, son ex-conjoint et une caissière du supermarché où la jeune femme est employée comme agent de sécurité et avec laquelle elle aurait eu des différends. 

Port illégal d'uniforme

Parallèlement, la jeune femme est accusée de port illégal d'uniforme pour s'être affichée publiquement avec son ancienne tenue de gendarme adjoint alors qu'elle n'en avait plus la fonction. Pour ce motif, elle risque une peine de 6 mois de prison ferme et 75 000 euros d'amende.

Lourdes peines

Pour avoir demandé et obtenu la consultation des données personnelles des fichiers, elle risque une sanction pénale. L'adjudant de gendarmerie, lui, encourt une sanction pénale pouvant aller jusqu'à 5 ans d'emprisonnement et 300 000 euros d'amende assortie d'une sanction hiérarchique. Contactée par notre rédaction, la Procureure de la République du parquet de Périgueux n'a pas souhaité communiquer sur l'affaire.

L'actualité "Société" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
Nouvelle-Aquitaine
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité