• ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • SOCIÉTÉ
  • FAITS DIVERS
  • SPORT
  • CULTURE

L'agneau du Périgord : un élevage à contre courant

© FTV
© FTV

On connaît l'agneau pascal, mais pourquoi cette viande ne se dégusterait elle pas lors des fêtes de fin d'année ? C'est le pari que tentent de relever les éleveurs de la Dordogne pour essayer de concurrencer la Nouvelle-Zélande.

Par C.O

Derrière l'appellation " Agneau du Périgord" se cachent une centaine d'éleveurs. Des exploitants qui en ce moment gèrent la période des agnelages. La saison bat son plein. De petits agneaux que l'on retrouvera sur nos tables pour les fêtes de Pâques.

Sous les étables, à côtés de ces petits agneaux qui viennent de naître, d'autres plus âgés, nés durant l'été. Ils ont en effet trouvé des races de mères ayant leurs chaleurs au printemps. Car les éleveurs du département tentent de lancer une production en contre-saison. Ainsi ils peuvent lisser leur production sur toute l'année.

Si leurs produits sont connus chez les bouchers parisiens, ils veulent étendre leur notoriété et développer les points de vente. Pour cela il faut augmenter la production grâce au travail en contre-saison. Ainsi l'agneau du Périgord pourrait bien devenir un incontournable des menus de fêtes de fin d'année et faire concurrence à la Nouvelle-Zélande. 

Pour info

Avec plus de 630 000 brebis, l’Aquitaine se situerait au 2ème rang des régions françaises ovines. L’élevage est situé pour 82% dans les Pyrénées-Atlantiques et pour 12% en Dordogne. Il existe trois Label Rouge pour les agneaux de lait en Aquitaine : agneaux des Pyrénées, agneaux de Pauillac ou agneaux du Périgord.
L'agneau du Périgord doit être né et élevé dans une même exploitation. Il est élevé au pré ou en bergerie, sa finition se fait exclusivement en bergerie. Il est nourri au lait de sa mère par tétée au pis pendant 60 jours minimum puis alimenté à base de fourrages et de céréales produits sur la zone IGP. Au moins 70% de l'alimentation du troupeau provient de l'exploitation, le reste provient de la zone IGP. Les céréales sont présentées en grains entiers ou aplatis, ce qui confère à la viande une saveur particulière et un gras fondant et agréable en bouche. L'agneau est abattu à un âge compris entre 80 et 180 jours.
L'agneau du Périgord : un élevage à contre courant


Sur le même sujet

Remise de drones

Les + Lus