• ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • SOCIÉTÉ
  • FAITS DIVERS
  • SPORT
  • CULTURE

Meurtre de l'apprenti boulanger à Vélines : 20 ans pour l'auteur, 16 et 14 ans pour ses complices

Isabelle Fily, la mère de Benjamin Le Borgne / © France 3 Périgords
Isabelle Fily, la mère de Benjamin Le Borgne / © France 3 Périgords

Le verdict du procès des meurtriers Benjamin Le Borgne est tombé. Valentin Augier est condamné à vingt ans de réclusion criminelle par la cour d'Assises de la Dordogne, ses deux complices à seize et quatorze ans ans .
 

Par MK avec Elsa Arnould


Des peines quasiment conformes aux réquisitions de l'avocat général. Ce vendredi, la cour d'assises de Périgueux a condamné Valentin Augier à vingt ans de prison pour le meurtre avec préméditation de Benjamin Le Borgne.

Alexandre Delugin, 23 ans,  et Luc Raingo-Pelouse, 26 ans,  reconnus complices du meurtre ont été condamnés respectivement à quatorze et seize années de réclusion.
 

Je le répète, ce n'est pas moi qui ai tué Benjamin
 

Valentin Augier, est resté impassible à l'énoncé du verdict. Tout au long du procès, le jeune homme de 25 ans a alterné mensonges et refus de répondre aux questions gênantes. Dans ses motivations, la cour , a noté "son extrême susceptibilité" et son "absence de remise en cause réelle".
 
"Je suis navré de ce qui s'est passé, mais encore une fois, je le répète, ce n'est pas moi qui ait tué Benjamin", a lancé l'accusé aux parents de la victime, juste avant que les jurés ne partent délibérer.



"Il y a eu une justice pour mon fils, a déclaré Isabelle Fily, la mère de Benjamin Le Borgne à l'énoncé du verdict.
 

 Vingt ans, ça ne ramènera jamais Benjamin, mais c'est déjà ça. C'est important qu'ils soient reconnus coupables, pour faire son deuil.


Voir le reportage de France 3 Périgords
 
Meurtre de Vélines : 20 ans pour l'auteur, 16 et 14 ans pour ses complices
 

Vers un procès en appel ?

"C'était peut-peut être la chronique d'une condamnation annoncée, a déclaré pour sa part, Me Antoine Tugas, avocat de Valentin Augier,  qualifiant les délibérations de "rapides".
 

Bien évidemment, Monsieur Augier s'interrogera sur l'opportunité ou pas, de relever appel de cette condamnation


"Il me semble que cette peine n'est pas à la mesure de ce dossier si on doit retenir une qualification de meurtre. (…) La qualification assassinat est retenue, la préméditation a été considérée comme constante par la cour et le jury. On peut s'interroger, et peut-être que l'opportunité de faire appel nous permettra de débattre à nouveau de ce point"



"La cour fait une répartition dans les responsabilités, établit un principe de proportionnalité dans les peines, c'est pour nous une décision qui nous semble correspondre, qu'Alexandre Delugin a comprise et accepte", a déclaré Me François Ruffié, qui a ajouté "ne pas recommander à son client de faire appel".

 

Tué de 13 coups de couteau


Benjamin Le Borgne 24 ans avait été retrouvé mort le 22 septembre 2016 sur un terrain vague de Vélines après une soirée arrosée passée avec les trois accusés.  L'apprenti boulanger avait été assommé à l'aide d'une bouteille de whisky, et son corps lardé de 13 coups de couteau.
 

Sur le même sujet

La Summer League de Basket en Nouvelle Aquitaine, c'est sur .3 NOA

Les + Lus