• ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • SOCIÉTÉ
  • FAITS DIVERS
  • SPORT
  • CULTURE

La ministre des Transports en Dordogne pour soutenir les trains du quotidien

La ministre des Transports Elisabeth Borne est venue en Dordogne ce jeudi avec un message : les petites lignes ferroviaires sont « LA » priorité du gouvernement.

Par SP

« Dans le milieu rural qui est le nôtre les déplacements sont permanents »

Les élus de Dordogne n’ont pas manqué d’interpeller la ministre des Transports sur les routes, les transports, le ferroviaire.

La mobilité : une source d inquiétude à la campagne. Et Elisabeth Born d’abonder dans ce sens.

La ministre est venue en Périgord avec un message répété à plusieurs reprises : les petites lignes ferroviaires sont « LA » priorité du gouvernement.

En clair, sortir du tout TGV et améliorer la mobilité du quotidien pour désenclaver les territoires ruraux.

Et pour appuyer ses propos, Elisabeth Borne s’est rendue à Bergerac, pour  inaugurer les travaux de la ligne Bergerac/ Libourne. 
 

Rattraper un retard considérable 


Un chantier attendu depuis longtemps, le trafic est devenu aléatoire.

Sur certains tronçons, la vitesse des trains était descendue à 40 km/h, à cause de voies usées.

L'objectif, après rénovation est donc de revenir à une vitesse de 120 km/h.

Coût des travaux qui vont durer 10 mois : 85 millions d'euros pour 62 kilomètres de voies à rénover.

Financés à 42% par la région, 33% par l'Etat, 17% par la SNCF et 8% par les collectivités locales.


 « On a un rattrapage considérable à faire sur le sous-entretien de nos infrastructures ferroviaires. » soutient la ministre.


Mais pas question pour autant d’annoncer à court terme des opérations similaires sur d’autres lignes en souffrance.

La ministre préfère rester prudente. L'exercice est difficile dans un contexte de fronde sociale. Ne pas exacerber le sentiment d'abandon qui existe en zone rurale, tout en affirmant l'intêrêt du gouvernement pour les usagers des TER. 
 

Il faut absolument remettre de l’argent sur l’entretien des réseaux et il va falloir qu’on définisse un plan de bataille par région. martèle Elisabeth Borne.
 

Une lourde facture à partager


Problème : l'Etat conseille, incite, mais n'est pas le principal financeur.  Ces lignes coûtent cher. Le réseau TER compte pour 20% du budget de la Région. 

Et  le président de  Nouvelle-Aquitaine Alain Rousset de rappeler que c'est la région qui met le plus d'argent dans la rénovation de la ligne Bergerac/ Libourne.

(L'Etat engage 27 millions d'euros, la Région 35,25 millions d'euros, les collectivités locales 6,75 millions d'euros et la SNCF 14 millions.


Notre équipe a suivi le déplacement de la ministre en Périgord où elle est venue appuyer le cap du gouvernement : priorité aux lignes du quotidien. 

 
Elysabeth Borne en Dordogne pour les TER


Ce qui est certain, c’est qu’avec les retards, les annulations de dernière minute et la lenteur des trains,  les TER sont dans le collimateur des voyageurs.

Certaines lignes seront- elles sacrifiées pour permettre à d’autres d’être rénovées ? Pas d’informations.

En Dordogne, les usagers vont devoir prendre leur mal en patience. Comme ceux qui empruntent la fameuse ligne 48 entre Périgueux et Agen.

Le diagnostic est posé : des travaux sont nécessaires mais ils ne sont ni programmés, ni financés pour l’instant.  

La ministre Elisabeth Borne a, elle, promis de revenir pour l’inauguration de nouvelle ligne Bergerac Libourne inaugurée le 29 septembre 2019.

 

Le TER en Aquitaine - quelques chiffres

- Entrée en service : 1986
- 1 490 km de lignes (dont 978 km électrifiées)
- 158 gares et points d’arrêt TER Aquitaine
- 15 lignes Ter Aquitaine
- 171 gares
- 163 rames
- Environ 330 trains par jour
- Plus de 35 000 voyageurs quotidiens

Source : Région Aquitaine 
 

A lire aussi

Sur le même sujet

Un nouveau parcours de kayak à Saint-Mesmin dans les gorges de l'Auvézère

Les + Lus