Château L'Évêque (24) la mairie subventionne les abonnements de train pour sauver sa gare

Un abonnement au train à - 70%. Ce n'est pas une promotion de Noël, mais une opération stratégique de la commune de Château-l'Évêque, près de Périgueux, pour faire vivre sa gare, la commune, et les mobilités douces

Un quai de gare désert, et c'est l'ombre de la fermeture qui plane...
Un quai de gare désert, et c'est l'ombre de la fermeture qui plane... © France 3 Périgords - Jeanne Meyer & Camille Michelland

Depuis 1980, la population de Château l'Évêque a doublé. La ville compte aujourd'hui 2 200 Castélevéquois et Castélevéquoises, qui apprécient de vivre à quelques encablures de la préfecture, Périgueux. Et parmi eux, beaucoup de jeunes. 

Bref, monsieur le maire Alain Marty a tout pour être heureux. Sauf qu'il a constaté, avec les services du Grand Périgueux, que les jeunes boudaient un peu trop les mobilités douces, habitués qu'ils sont à la voiture dans cette zone rurale.

Château L'évêque veut sauver sa gare en subventionnant des abonnements au train
Château L'évêque veut sauver sa gare en subventionnant des abonnements au train © France 3 Périgords - Jeanne Meyer & Camille Michelland

Conséquence, dans les 6 trains quotidiens pourtant souvent bondés de la ligne Limoges-Périgueux qui traversent sa ville, il n'y a guère d'administrés qui s'arrêtent dans sa gare. Or, rentabilité du service public (ce n'est plus un gros mot) oblige, une gare peu fréquentée est une gare condamnée à plus ou moins courte échéance. Et une gare qui disparaît, c'est un atout en moins. 

La gare de la ville n'a pas la fréquentation qu'elle mérite, le maire Alain Marty propose de payer 70% des abonnements de train pour les jeunes à partir du mois de mars
La gare de la ville n'a pas la fréquentation qu'elle mérite, le maire Alain Marty propose de payer 70% des abonnements de train pour les jeunes à partir du mois de mars © France 3 Périgords - Jeanne Meyer & Camille Michelland

Cette ligne est fréquentée depuis plus haut, depuis Limoges. Forcément, c'est une grande ligne. Après, à Château l'Évêque, honnêtement, c'est rare qu'on croise du monde sur le quai de la gare !

Un jeune (et rare) usager de la gare de Château l'Évêque

Or monsieur le maire est heureux, certes, mais pas inconscient. Il s'agissait donc d'inverser la vapeur dans les trains et de rendre les jeunes un peu plus accros au rail. Pour cela, la recette est connue depuis longtemps, il faut flatter le portefeuille. La solution qu'il met en place à partir du mois de mars, c'est subventionner 70% des abonnements et billets de trains des étudiants et des apprentis de sa commune.

Objectif modeste : dans un premier temps, Alain Marty espère qu'une quinzaine de jeunes vont profiter de l'aubaine et repeupler les quais.

Mais animé d'une noble fibre verte, il espère aussi la multimodalité en imaginant que l'arrêt de bus, le parking de Camping-Car et la voie cyclable toute proche donneront des idées de changement aux automobilistes, et animeront encore plus sa commune. Écologie, économie et dynamisme, on n'en demande pas plus. 

La mairie de Château-l'Evêque subventionne les abonnements au train ©France 3 Périgords

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
transports économie ruralité société sncf