Départementales en Dordogne : Les Républicains portent plainte contre une candidate LREM

Sur le canton Bergerac 1, le directeur de campagne Les Républicains vient de déposer plainte contre Muriel Gervaux-Boissière, la co-listière LREM d'Adib Benfeddoul, à qui ils reprochent une série d'insinuations, diffamations et injures diffusées sur les réseaux sociaux. Ambiance.

Selon Les Républicains de Bergerac, Muriel Gervaux-Boissière serait à l'origine de publications injurieuses à leur égard
Selon Les Républicains de Bergerac, Muriel Gervaux-Boissière serait à l'origine de publications injurieuses à leur égard © France 3 Périgords - Émilie Bersars & Camille Michelland

On a connu des relations plus amicales entre Les Républicains et La République en Marche. À Bergerac, visiblement, le torchon brûle entre les deux partis. Ou plus précisément entre Les Républicains et Muriel Gervaux-Boissière, candidate en binôme LREM avec le conseiller départemental sortant Adib Benfeddoul.

Une juriste

Muriel Gervaux-Boissière se présente comme une juriste, et ex-directrice des services pénitentiaires directement rattachée au garde des sceaux Éric Dupond-Moretti. Une fonction prestigieuse mais dont il est difficile de retrouver la trace, et qu'a longuement tenté d'analyser le site d'information Territoire Magazines. Elle est actuellement vice-présidente du syndicat CFTC santé-sociaux pour la Dordogne, la Gironde et le Lot-et-Garonne.

Les Républicains visés

Motif de la colère républicaine, une série de posts injurieux que Mme Gervaux-Boissière aurait publié sur sa page Facebook personnelle sous le nom de Marielle Boissière, 96 abonnés. Le Secrétaire Départemental et Directeur de campagne des candidats Républicains sur le canton, Fabien Marty, précise que les propos diffamants visent non seulement ses candidats Josie Bayle et Christophe Rousseau, mais plus largement le parti et ses responsables locaux.

Depuis dimanche nous subissons une série de post injurieux de la part de Mme Boissière sur sa page Facebook: Propos diffamants envers les candidats Josie Bayle, Christophe Rousseau, Joaquina Weinberg, Jean Michel bourg, mais aussi le parti LR, le Maire de Bergerac et moi-même.

Fabien Marty, directeur de campagne Les Républicains à Bergerac 1

Copies d'écran

Et Fabien Marty de fournir des copies d'écran de la page Facebook, où l'on retrouve effectivement des propos pour le moins peu amènes à l'égard des responsables LR locaux. À noter que ces posts ont disparu de la page facebook incriminée, la page ayant été purgée de toute publication depuis le 24 avril dernier.

Silence assourdissant

Blessés par ces propos, Les Républicains ont contacté M. Benfeddoul et ses soutiens Jérôme Peyrat, Marc Mattera, Jean Pierre Cubertafon et Dominique Gashard "dans un esprit d'apaisement". Peine perdue, selon eux, aucun geste de soutien ou excuse n'ayant été reçus en retour.

Dépôt de plainte

Le Secrétaire Départemental a donc porté plainte ce mardi 15 juin dans l'après-midi au commissariat de police de Bergerac pour publication de diffamations, injures et insinuations sur son parti politique et les personnes qui y sont rattachées. Les copies d'écran ont été versées au dossier. Regrettant la tournure des événements, le parti a condamné la méthode et s'est dit "très étonnés du silence des partis soutenant ce binôme".

Le Modem prend ses distances...

Visiblement, la situation embarrasse le Modem de Dordogne. Marc Mattera et Annick Ignard Président et Déléguée Départementaux indiquent ce mercredi 16 juin au matin que le Modem 24 " dément son soutien au binôme Adib Benfeddoul et Muriel Gervaux-Boissière à l’occasion des élections départementales sur le canton de Bergerac 1 et se désolidarise de tous propos polémiques qui pourraient être tenus."

... et LREM finit par réagir

Quelques heures plus tard, en milieu de journée, c'est LREM qui finit par réagir via un communiqué envoyé par le référent LREM 24 Dominique Gashard qui affirme que selon LREM "le débat électoral doit se faire projet contre projet dans le respect des adversaires politiques."

Rappelant brièvement les faits sans les démentir, il indique qu'" après avoir pris connaissance de ces messages LREM tient à s’en désolidariser et à les condamner très clairement. Ils apparaissent en effet comme constituant des attaques personnelles inadmissibles tant dans leur forme que dans leur contenu." On attend maintenant de savoir quel sens LREM donne à l'adjectif "inadmissible".

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
élections départementales 2021 politique élections la république en marche les républicains