Le circuit de motocross de St Jory-Las-Bloux (24) homologué : les opposants mordent la poussière

Coup dur pour les opposants au circuit de motocross et de quad Leyssartroux près de Thiviers. Le tribunal administratif a rejetté leur recours, et confirmé l'arrêté préfectoral d'homologation du site. Scandalisés, ils veulent faire appel

La validité du circuit est contestée par des opposants qui avaient attaqué l'arrêté préfectoral d'autorisation devant le tribunal administratif
La validité du circuit est contestée par des opposants qui avaient attaqué l'arrêté préfectoral d'autorisation devant le tribunal administratif © France 3 Périgords - Philippe Niccolaï & Pascal Tinon
 Il ne fonctionnera pas pendant l'été ni en décembre, rassure Christian Roche, le gérant du circuit de motocross de Leyssartroux. Une manière selon lui de montrer qu'il comprend ses détracteurs et qu'il est prêt à faire des efforts pour apaiser les tensions. Pas sûr que cela suffise à calmer l'ambiance.
0:00 / 1:44 Le tribunal administratif donne son feu vert au circuit moto de St-Jory-las-Bloux ©France 3 Périgords
C'est que depuis le 3 juillet, les opposants étudient les options qu'il leur restent pour éviter les pétarades qui devraient reprendre dès le mois de septembre. Début juille, le tribunal administratif de Bordeaux a en effet validé l’homologation préfectorale autorisant l'exploitation de ce circuit.
Les opposants aux circuits se sont regroupés dans l'association AP3C pour attaquer les arrêtés préfectoraux autorisant l'activité
Les opposants aux circuits se sont regroupés dans l'association AP3C pour attaquer les arrêtés préfectoraux autorisant l'activité © France 3 Périgords
À la tête de l’Association pour la Préservation des 3 Causses (AP3C), les propriétaires du château de Laubertie depuis 8 ans. La vénérable bâtisse héberge désormais des touristes. Et on se doute que les sports mécaniques sont peu compatibles avec la sérénité des lieux. Derrière eux, d'autres riverains redoutent également de passer tous leurs week-end équipés de boules quiès. Encore plus lorsqu'ils ont aussi une activité de location saisonnière. Préservation de l'environnement et des activités économiques, l'argument, lui, peut s'entendre. 
Le circuit est placé dans une zone peu peuplée, mais dans le cadre naturel des Trois Causses et à proximité de lieux touristiques
Le circuit est placé dans une zone peu peuplée, mais dans le cadre naturel des Trois Causses et à proximité de lieux touristiques © Google maps

Par le passé, le tribunal administratif y avait été sensible au point d'invalider les précédents arrêtés préfectoraux autorisant l'activité. Pas cette fois. L'État maintient sa position et assure que la sécurité et la tranquilité sont garanties. De son côté, l'organisateur s'engage à n'effectuer que deux samedis non-consécutifs d'entraînement par mois, deux compétitions par an, et aucune activité en juillet en août et en décembre. Le tribunal a validé l'arrêté préfectoral d'autorisation.
Les opposants au circuit lors d'une précédente manifestation
Les opposants au circuit lors d'une précédente manifestation © France 3 Périgords

Faute de pouvoir argumenter sur l'aspect écologique, Christian Roche avance lui aussi l'intérêt économique. En organisant une manche du championnat de France, il se dit en mesure d'attirer 250 pilotes et leurs accompagnateurs, soit plusieurs centaines de consommateurs, une fois l'an.

Quoi qu'il en soit l'association AP3C n'a aucune intention de ralentir son action, et veut foncer en appel, sûre de son bon droit. Et elle entend bien ne pas laisser le bruit des moteurs s'installer près de chez eux. 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
auto-moto sport moto polémique société environnement