Menacés par une pandémie de grippe aviaire, les volatiles d'Aquitaine se reconfinent

Virus, pandémie mondiale, confinement, tout y est. Sauf que là on parle d'oiseaux. La France vient de passer quarante-cinq départements en risque élevé d'introduction de la grippe aviaire par les oiseaux migratoires. Dans la région, cinq départements sont particulièrement touchés.

Les éleveurs d'oies et de canards, à peine remis de la crise de la grippe aviaire, sont frappés de plein fouet par celle du coronavirus
Les éleveurs d'oies et de canards, à peine remis de la crise de la grippe aviaire, sont frappés de plein fouet par celle du coronavirus © E.Arnoult/F3Aquitaine
À l'heure où le coronavirus est dans tous les esprits, la grippe aviaire fait son retour. Cette forme de grippe qui infecte les oiseaux sauvages et domestiques, aussi connue sous le nom d'influenza aviaire ou anciennement de peste aviaire fait régulièrement surface depuis plusieurs années. La bête noire de la filière volaille de la région.
 

Cinq départements concernés

Ce jeudi 5 novembre, les autorités française ont reclassé 45 départements en "risque élevé" de transmission de la grippe aviaire. En Nouvelle-Aquitaine, cinq départements sont dans le viseur : la Charente-Maritime, des Deux-Sèvres, la Gironde, les Landes et les Pyrénées-Atlantiques. 

Pour les éleveurs de volailles, ce reclassement impose de nouvelles règles. Des mesures de restriction justifiées par "la nécessité de prendre des mesures de prévention urgentes et immédiates pour protéger les élevages de volailles français d'une potentielle contamination par le virus influenza aviaire par les oiseaux sauvages en particulier dans les zones à risque particulier ou les départements traversés par des couloirs de migration", selon cet arrêté.

Parmi elles, un confinement des animaux d'élevage. Les volailles ne pourront donc plus être rassemblées en particuliers sur les marchés. Dans les élevages, des filets devront être posés pour séparer les animaux d'élevages de leur compères sauvages. De la même façon, les lâchers de gibiers à plume par les chasseurs sont interdits.
Deux cygnes tuberculés atteints de la grippe aviaire ont été retrouvés aux Pays-Bas
Deux cygnes tuberculés atteints de la grippe aviaire ont été retrouvés aux Pays-Bas © France 3 Aquitaine

Crainte d'une épidémie française

Si la transmission via les oiseaux migrateurs n'est pas la seule cause d'expansion de la maladie (certains canards sont souvent porteurs asymptomatiques), un cas inquiète les services vétérinaires français. 

Le virus hautement pathogène H5N8 a été détecté il y a une semaine, le 20 octobre sur deux cygnes tuberculés aux Pays-Bas, à environ 200 km de la frontière française et dans des zones connues comme couloirs de migration.

Et depuis quelques semaines, de multiples foyers ont été déclarés tout d’abord en Russie et au Kazakhstan, puis la semaine dernière en Israël. La France craint de voir le virus débarquer dans les élevages hexagonaux. 
 

La Dordogne anticipe

En Dordogne, tout le département va devoir s'astreindre à certaines mesures qui concernent aussi bien les particuliers que les professionnels ou les chasseurs. Il s'agit de protéger les volailles domestiques d'une potentielle contamination qui serait désastreuse pour la filière volaille. Le confinement reste la meilleure consigne à observer vis-à-vis du contact avec les oiseaux sauvages y compris dans les basses-cours des particuliers.
Même dans le cas de ces oies décoratives qui ne sont pas destinées au confit, le confinement peut s'appliquer dans les Zones à Risque Particulier
Même dans le cas de ces oies décoratives qui ne sont pas destinées au confit, le confinement peut s'appliquer dans les Zones à Risque Particulier © France 3 Périgords - Pascal Faiseaux

La préfecture reconnaît qu'un "aménagement du cahier des charges"  pourra éventuellement être adopté pour se préparer à ces mesures.

Géographiquement, 37 communes en bordure de la Dordogne (voir la liste ci-dessous) sont désormais classées en zones à risque particulier (ZRP). Comme les départements à risque élevé, la Dordogne doit donc respecter les nouvelles règles sanitaires : confinement des volailles, protection par un filet, réduction des parcours extérieurs et placement en intérieur de l'alimentation et de l'eau.

Pour le reste du département : 

Liste des communes en Zone à Risque Particulier 

Badefols-sur-Dordogne, Baneuil, Bergerac Cales, Cause-de-Clerans, Cours-de-Pile, Couze-et-Saint-Front, Creysse, Gardonne, Ginestet, La Force, Lalinde, Lamonzie-Saint-Martin, Lamothe-Montravel, Lanquais, Lunas, Mauzac-et-Grand-Castang, Mouleydier, Pezuls, Pontours, Port-Ste Foy et Ponchapt, Pressignac-Vicq, Prigonrieux, Saint-Agne, Saint-Antoine de Breuilh, Saint-Capraise de Lalinde, Sainte-Foy-de-Longas, Saint-Georges Blancaneix, Saint-Germain-et-Mons, Saint-Laurent-des-Vignes, Saint-Pierre d'Eyraud, Saint-Sauveur, Saint-Seurin-de-Prats, Trémolat, Varennes, Vélines et Verdon.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
agriculture économie animaux nature