• ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • SOCIÉTÉ
  • FAITS DIVERS
  • SPORT
  • CULTURE

Les viticulteurs de Monbazillac luttent contre la grêle... avec de l'argent !

Le générateur anti-grêle à déployer 4h avant le risque de grêle / © France 3 Périgords - Elsa Arnould & Florian Rouliès
Le générateur anti-grêle à déployer 4h avant le risque de grêle / © France 3 Périgords - Elsa Arnould & Florian Rouliès

Depuis 10 ans les viticulteurs bergeracois luttent contre les risques de grêle qui menacent leurs vignobles. Une méthode de dispersion d'iodure d'argent qui aurait particulièrement permis de sauver les récoltes l'an dernier. Le procédé devrait être étendu aux cultures de noyers...

Par Pascal Faiseaux

Même si le procédé est connu depuis 60 ans, et utilisé dans le sud du Bergeracois depuis 2009, ce n'est toujours pas une science exacte.

L'Association Départementale d'Etude et de Lutte contre les Fléaux Athmosphériques de Dordogne (ADELFA 24) dispose de 24 générateurs anti-grêle supposés protéger les vignes locales contre les ravages de la grêle.

Prévenir plutôt que guérir


Un phénomène qui "hache" littéralement les jeunes pousses et ne permet pas la repousse dans de bonnes conditions. 

Au niveau national ce sont 1100 postes qui servent essentiellement à la protection de la viticulture. Il faut dire que le procédé est assez coûteux, les propriétaires payant à l'hectare. La globalité du dispositif coûte 80 000 €uros par an. 

Acétone + iodure d'argent + air comprimé + combustion...


Ces 24 générateurs sont constitués de bonbonnes contenant acétone et iodure d'argent. Le mélange, chauffé dégage une flamme qui disperse l'iodure dans les couches hautes de l'atmosphère. Lorsque cette barrière rencontre un nuage potentiellement porteur de grêlons, ces derniers se condensent en grêlons de petite taille inoffensifs ou en pluie. Chaque générateur couvre une surface d'environ 10 km2.
les générateurs anti-grêle pour protéger les vignobles / © France 3 Périgords - Elsa Arnould & Florian Rouliès
les générateurs anti-grêle pour protéger les vignobles / © France 3 Périgords - Elsa Arnould & Florian Rouliès

Reste que ce dispositif n'est pas précis au mètre près, il faut donc disperser en tenant compte du vent, de la composition et de la hauteur des nuages...

L'ADELFA sûre de l'efficacité du procédé

Selon l'ADELFA, ce dispositif préventif aurait déjà fait ses preuves. Notamment l'an dernier, les parcelles surveillées ayant été mieux épargnées que leurs voisines. Au point que la Chambre d'Agriculture qui supervise les opérations envisage d'étendre le dispositif sur les noyers dans le sud-ouest du département.

L'iodure d'argent, loin d'être inoffensif


Quant aux répercussions sur la nature, l'iodure d'argent n'est pas précisemment un produit inoffensif. Ce produit peut nuire plus précisément aux micro organismes, à la flore et la faune aquatique, et peut aussi être absorbé par l'homme via la respiration (poumons, narines) et par la peau, et causer des problèmes divers. Mais l'ANELFA assure que les concentrations en iodure d'argent provoquées par l'usage de ces produits sont 1 000 fois inférieures aux normes toxicologiques.

Pour en savoir plus sur la méthode, et si vous vous posez des questions sur les risques de pollution...
 
24 dispositifs anti-grêle dans le bergeracois
Au moment des risques de grêle, l'inquiétude gagne les viticulteurs qui craignent pour la santé de leur vignoble. Dans le bergeracois la solution passe par la dispersion d'iodure d'argent en hauteur qui évitent les gros grêlons - France 3 Périgords - Elsa Arnould & Florian Rouliès

 

Sur le même sujet

Fête du nautisme

Les + Lus

Aidez-nous à améliorer notre site en répondant en trois minutes à ce questionnaire.

Commencer