Notre-Dame de Paris : les 16 statues sauvées des flammes présentées au public en Dordogne

27 personnes sont venues voir les statues miraculées en Dordogne pour ce premier samedi de visite. / © P.Niccolaï/F3 Nouvelle-Aquitaine
27 personnes sont venues voir les statues miraculées en Dordogne pour ce premier samedi de visite. / © P.Niccolaï/F3 Nouvelle-Aquitaine

Tous les samedis de mai, la Socra, qui avait récupéré 16 statues de la cathédrale parisienne avant son incendie du 15 avril, ouvrira ses portes à Marsac-sur-l'Isle en Dordogne pour permettre aux visiteurs de les découvrir.

Par M.D

Pour le public, c'est l'occasion de voir les 16 miraculées de l'incendie de Notre-Dame de Paris. En effet, la Socra, qui s'occupe de restaurer les statues de 12 apôtres et 4 évangélistes de la cathédrale, autorise ceux qui le souhaitent à les découvrir lors de portes-ouvertes dans son atelier de Marsac-sur-l'Isle en Dordogne.
 

Forte affluence

Ce samedi 4 mai, la foule était présente pour admirer ces vestiges. 27 personnes inscrites par mail sont venues à l'atelier, mais près de 800 demandes ont déjà été réalisées.

"J'ai guetté tous les articles de presse, et j'ai téléphoné dès que j'ai su qu'elles étaient arrivées pour être certaine de les voir." a même déclaré une visiteuse. De nombreux médias couvraient l'événement. Si l'inscription est gratuite, tous les dons éventuels récoltés lors de ces portes-ouvertes seront reversés à la Fondation du Patrimoine.
 

"Une petite fierté"

Chaque samedi du mois de mai et sur inscription, elles seront donc dévoilées aux visiteurs. "C'est pour nous l'occasion de participer à l'élan de solidarité", et "c'est une petite fierté de les avoir chez nous" avait déclaré  à l'AFP Patrick Palem, ex-PDG mais toujours conseil de la Socra. Car à cinq jours près, ces statues vert-de-gris, en cuivre repoussé et datant du XIXe siècle auraient pu être détruites dans l'incendie de Notre-Dame.
 

 

Véritable miracle

En effet, la société spécialisée dans la restauration et conservation d'oeuvres d'art les avaient récupéré le 10 avril afin de leur refaire une jeunesse. Elles ont donc été enlevées du toit de la cathédrale avant le terrible incendie. Un véritable miracle.
 

Le coq qui ornait la flèche de Notre-Dame, et qui avait été retrouvé le lendemain de l'incendie, était aussi attendu dans l'atelier du Périgord ce moi-ci. Les visiteurs pourraient bien l'apercevoir lors de leur visite... La Socra va également accueillir prochainement trois lustres décrochés de la nef, pour les mettre à l'abri pendant les travaux de restauration.
 

 

Sur le même sujet

Les + Lus