Une nouvelle attaque de brebis en Dordogne, mais toujours pas de loup identifié

Dans le nord de la Dordogne les éleveurs sont de plus en plus persuadés que les attaques de troupeaux ne sont pas l'oeuvre de chiens errants, mais bien de loups... en attendant, aucune preuve formelle n'a attesté sa présence récente (images d'archive) / © France 3 Périgords
Dans le nord de la Dordogne les éleveurs sont de plus en plus persuadés que les attaques de troupeaux ne sont pas l'oeuvre de chiens errants, mais bien de loups... en attendant, aucune preuve formelle n'a attesté sa présence récente (images d'archive) / © France 3 Périgords

Qu'elle soit loup ou non, la bête rôde... et continue ses ravages dans les élevages du nord du département. Dimanche dernier, c'est une brebis qui a été retrouvée égorgée par un éleveur. Malgré les affirmations des éleveurs, la présence du loup n'est toujours pas confirmée par la préfecture

Par Pascal Faiseaux

Consternation dimanche dernier dans cet élevage du secteur de Jumilhac le Grand, à la limite nord-est du département. Une brebis a été découverte au matin, égorgée, et toujours dans ce même secteur proche de Saint-Priest les Fougères où les éleveurs ont eu à déplorer une quinzaine de bêtes tuées en mai dernier.

Une nouvelle fois, les services de l'Etat en la personne du Préfet de Dordogne Frédéric Périssat, se sont emparés des éléments pour tenter d'identifier l'animal responsable de ces multiples attaques depuis plusieurs mois.
En mai dernier, l'impuissance des éleveurs qui ont constaté la perte d'une quinzaine de bête sans parvenir à identifier clairement le prédateur responsable de ces attaques / © France 3 Périgords - Philippe Niccolaï
En mai dernier, l'impuissance des éleveurs qui ont constaté la perte d'une quinzaine de bête sans parvenir à identifier clairement le prédateur responsable de ces attaques / © France 3 Périgords - Philippe Niccolaï

C'est que l'enjeu est de taille, selon qu'il s'agit d'un loup ou d'un chien errant, les indemnisations varient considérablement. Sans compter que la présence avérée de loups en Dordogne risquerait de réveiller la vieille polémique toujours latente entre pro et anti-loups.

Tout en affirmant travailler dans la plus grande transparence, le Préfet reste prudent à cet égard et continue la mise en place de la cellule loups qui associe indemnisation des éleveurs et protection du loup. Cette cellule initiée en octobre 2018 avait été activée le 16 décembre dans le département après une attaque de mouton à Saint-Saud-Lacoussière, toujours dans le nord-est de la Dordogne, où "l'hypothèse du loup ne pouvait pas être écartée".

Etape suivante pour cette cellule, la formation début juillet des "référents loup". Les référents sont des locaux issus des milieux professionnels, élus, éleveurs ou chasseurs chargés de recueillir les indices et les témoignages et renseigner la population.
 

Sur le même sujet

Les + Lus