Puymangou (24), turbulences autour du projet éolien

Publié le Mis à jour le

En dépit de nombreux projets, le Département reste vierge de ces éoliennes déjà implantées un peu partout ailleurs sur le territoire. Ici les associations préconisent le recours à d'autres ressources renouvelables. A Puymangou, le vent de révolte est particulièrement fort contre le projet local

      Abo Wind, Soleil du Midi Développement, Eole Res : ces noms ne vous disent peut-être rien, et pourtant leurs réalisations sont d'ordinaire bien visibles dans le paysage. A elles trois, ces sociétés allemandes, françaises et britaniques ont dans leurs cartons les projets d'implantation de plusieurs dizaines d'éoliennes dans le secteur de la forêt de la Double, au centre d'un triangle Barbezieux - Périgueux - Libourne.

     La centrale électrique éolienne de Puymangou et Parcoul (Les Grands Clos) est un projet de 5 éoliennes initié en 2012 par Abo Wind sous le nom de "Ferme éolienne des Grands Clos". Un projet qui avait le vent en poupe à l'époque, les élus périgourdins votant en 2013 en faveur de ce parc semblable à celui de la Charente voisine. 

      Mais si le Poitou-Charentes avec ses plus de 300 éoliennes accueille favorablement ces projets, localement l'idée suscite une véritable rebellion de la part de particuliers, d'associations de riverains et même d'élus. Première crainte, la dévalorisation foncière et touristique des lieux. Viennent ensuite l'atteinte à l'environnement, la gêne visuelle et auditive, l'impact sur la faune et la flore locale.
      Les pro-éoliens avancent pourtant des arguments qui peuvent s'entendre, tout d'abord la nécessité d'une conversion rapide au renouvelable voulu par le Grenelle de l'environnement, mais aussi un argument financier. En 2016 Abo Wind annonçait 600 MgW installés en éoliens pour la grande région, représentant 1 milliard d'investissement et 6 millions de fiscalité annuels...  Et pour les communes, un petit complément d'environ 5 000 €uros par éolienne et par an. 
 
Le projet de parc éolien divise dans la Double ©France 3 Périgords

      De son côté, en début de mois la préfecture de Dordogne diffusait un communiqué de la Commission Départementale de la Nature, des Paysages et des Sites qui s'était prononcée favorable (4 voix pour dont celle du président, prépondérante, 4 contre et 2 abstentions) à ce projet sur Saint-Aulaye Puymangou et Parcoul-Chenaud. 

      Un avis favorable du CDPNS qui n'est qu'une étape dans le long processus nécessaire à la réalisation du projet. Il faudrait en effet à la société Abo Wind obtenir de la part de la préfecture une autorisation d'exploitation d'installation classée pour la protection de l'environnement (ICPE), une dérogation à la destruction d'espèces protégées, et une nouvelle autorisation de défrichement ( la précédente ayant été annulée par le Tribunal Administratif de Bordeaux)... Autant de pièces qui n'ont pas encore été accordées par la préfecture. 

      Nul doute que les services de l'Etat qui n'ont toujours pas fini de subir les retombées du dossier de Beynac seront très pointilleux sur ces autorisations pour des projets impliquant l'environnement et dans lesquels souffle un fort vent de contestation.