Dordogne : Joao Paulo Rodrigues Alves condamné à 10 ans de prison

Joao Paulo Rodrigues Alves comparaît pour coups et blessures ayant entraîné la mort sans intention de la donner. Le 28 décembre 2012, ce girondin avait violemment frappé son épouse, Sylvie Sudri, à la tête, après une dispute, dans leur maison de campagne de Chancelade.

Par CA et J.T.

Joao Paulo Rodrigues Alves encourait 20 ans de réclusion criminelle. L'avocate générale avait recquis 8 ans de prison ferme. Finalement, l'homme de 45 ans a été condamné à 10 ans de réclusion criminelle, ce mardi 13 décembre. Il a 10 jours pour entamer un recours s'il souhaite faire appel de cette décision.

L'accusé n'a jamais nié être responsable de la mort de sa femme. C'est lui-même qui avait alerté les secours le soir du 29 décembre 2012. Ce soir là, alors que les relations sont tendues au sein du couple depuis plusieurs mois, et qu'une séparation est dans l'air, une dispute éclate et les coups pleuvent. 

Joao Paulo Rodrigues Alves frappe la tête de Sylvie Sudri contre le sol à plusieurs reprises. Elle décèdera des suites de ses blessures. Cette mère de famille avait 48 ans.

L'accusé a fondu en larmes quand le Président des Assises de la Dordogne a commencé à parler de la nuit du drame ce matin en début d'audience.  


► Le compte-rendu de la première matinée d'audience avec Elsa Arnould :

Le procès de Joao Paulo Rodrigues Alves pour violences mortelles en Dordogne
Cet homme de 45 ans comparaît pour coups et blessures ayant entraîné la mort sans intention de la donner. Il avait violemment frappé sa femme en Dordogne en 2012. Le compte-rendu d'Elsa Arnould après la première matinée d'audience aux Assises de la Dordogne.
Procès Rodrigues Alves : deuxième jour d'audience en Dordogne
Cet homme de 45 ans comparaît pour coups et blessures ayant entraîné la mort sans intention de la donner. Il avait violemment frappé sa femme en Dordogne en 2012. L'avocate générale a recquis 8 ans de prison ferme, verdict ce mardi 13 décembre. Retour sur cette deuxième journée par Elsa Arnould.


 

 

Sur le même sujet

Les + Lus