• ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • SOCIÉTÉ
  • FAITS DIVERS
  • SPORT
  • CULTURE

Quand les Périgourdins dégustent en série pour les professionnels de l’agro-alimentaire

Ce saucisson à l'ail va-t-il plaire aux testeurs périgourdins ? / © B.Lasseguette/France 3 Périgords
Ce saucisson à l'ail va-t-il plaire aux testeurs périgourdins ? / © B.Lasseguette/France 3 Périgords

Dans les coulisses de la société de consommation. Chaque année, l’Institut du goût du Périgord de Coulounieix-Chamiers réalise 900 études, sensorielles et marketing, sur des aliments comme sur des cosmétiques.

Par Bertrand Lasseguette

C’est un ballet quotidien. Par groupe de 35, 4 fois par jour, des Périgourdins font le déplacement jusqu’à la Cré@vallée de Coulounieix-Chamiers pour participer à des séances de dégustation à l’Institut du goût du Périgord
Sagement, ces volontaires prennent place dans des boxes strictement séparés les uns des autres. La consigne est de ne pas parler à son voisin et de se concentrer uniquement sur ce que des laborantins vont vous apporter.

Au menu lors de notre passage : saucisson à l’ail et fromage à raclette. Plusieurs échantillons, sans aucun signe distinctif. Les testeurs doivent ensuite noter leurs impressions dans l’ordinateur qui leur fait face. Le plus simplement possible.
En gros, ce que l’Institut du goût veut savoir c’est : est-ce que ça plaît ou non ? Et si non, quelles améliorations pourraient être apportées pour rendre le produit plus compatible avec les papilles du public.

Les testeurs notent leurs impressions sur ordinateur. / © B.Lasseguette/France 3 Périgords



Dans les cabines de dégustation, tous les sexes et classes d’âges sont représentés. Il s’agit de soumettre les échantillons au panel de consommateurs le plus représentatif possible.
70% du chiffre d’affaire de l’Institut du goût est réalisé avec les grands groupes de l’agro-alimentaire et de la cosmétique.
Il y a un réel enjeu financier derrière ces séries de dégustation puisqu’il s’agit de produits destinés à se retrouver dans les rayons des supermarchés. Pour les participants, ce pouvoir de décider du contenu des caddys est une motivation supplémentaire, à ajouter au plaisir de stimuler ses papilles.
 
Le laboratoire d'analyse sensorielle de l'institut obéit à de strictes normes d'hygiène. / © B.Lasseguette/France3Périgords
Le laboratoire d'analyse sensorielle de l'institut obéit à de strictes normes d'hygiène. / © B.Lasseguette/France3Périgords


A l’origine, en 2006, l’Institut du goût a été créé par le Grand Périgueux pour soutenir le développement économique local. La structure a ainsi accompagné une trentaine d’entreprises périgourdines.  Avec le temps, l’Institut qui fonctionne toujours sous un statut associatif, avec 17 salariés, s’est imposé comme un cabinet d’expertise à rayonnement international.

Entre 2014 et 2017 son chiffre d’affaires a fait un bond conséquent de 610 000  à 1,1 millions d’euros. Un joli bilan, qui nécessite cependant toujours plus de volontaires pour tester et déguster les produits, que ce soit sur le site de l’Institut comme à domicile.
Et cela d’autant plus que chaque participant est limité à 24 tests par an. Si vous êtes intéressés pour devenir testeur, et découvrir les coulisses de notre société de consommation, il vous suffit de prendre contact au 05 53 03 05 08 ou de s’inscrire sur le site www.teste-et-approuve.com.

Les tests ne sont pas rémunérés, mais les participants repartent avec des bons d’achat … dans la grande distribution.

Entrez dans les coulisses de l'institut du goût avec notre équipe de France 3 Périgord :

Institut du goût
Des tests au quotidien pour alimenter les rayons des supermarchés



Sur le même sujet

Grogne des avocats

Les + Lus