• ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • SOCIÉTÉ
  • FAITS DIVERS
  • SPORT
  • CULTURE
Train en gare de Canfranc / © DR
Train en gare de Canfranc / © DR

Le documentaire retrace un épisode de la Seconde Guerre mondiale lors de laquelle, Albert Le Lay, chef des douanes de la gare espagnole de Canfranc, sauva des centaines de juifs et aida la Résistance française…

Par Guiseppin Marie-France

Dans la gare internationale du petit village frontalier de Canfranc, les gens  cohabitent, sont au courant, se taisent ou risquent leur vie pour l’humanité, au nom de la compassion.

En 1940, la gare ferroviaire de Canfranc, frontalière entre la France et l’Espagne (côté espagnol), chef-d’œuvre d’ingénierie datant des années 20, devient un point stratégique de passage des marchandises circulant entre l’Espagne et l’Allemagne : denrées, fer et tungstène pour une guerre qui est entrain de mettre à sang l’Europe.

Parallèlement et sous une apparente normalité, Albert Le Lay est un espion actif au service de la Résistance. Il aide, par ailleurs, des centaines de Juifs, de dissidents et de soldats alliés à franchir la frontière espagnole sur le chemin de la liberté. Mais la Gestapo décide de l’arrêter. Prévenu par quelqu’un à la dernière minute, il se lance dans une fuite rocambolesque qui commence par une innocente promenade.

Ce documentaire s’appuie notamment sur des témoignages et des images d’archives.

Un film de Manuel Priede, José Antonio Blanco
Une production Locatpro Films en coproduction avec TVE, INA, Aragon TV avec la participation de France 3 Aquitaine

Diffusion sur France 3 Midi-Pyrénées et Languedoc-Roussillon

RSA et emplois saisonniers