La France en Vrai

Le lundi à 23h05, deux documentaires de 52 minutes racontent la vie des régions de France 3.
Logo de l'émission La France en Vrai

Jeu de façades - Bordeaux, la ville aux 10.000 échoppes

© Les films Jack Febus
© Les films Jack Febus

L’échoppe incarne aujourd’hui un véritable art de vivre en ville. Ce film propose de revenir sur l’évolution de cette habitation d’origine modeste qui, au fil des siècles, a su s’imposer parmi les biens immobiliers les plus prisés...

Par Christophe Roux

Au 18ème siècle, alors que ce type de logement disparaît avec la démolition des remparts, le terme « échoppe » se substitue à celui de « chambre », qui désignait alors l’habitation sommaire des classes défavorisées. Au cours du 19ème siècle, son modèle d’architecture évolue avec les styles (néoclassique, orientaliste, néo-gothique ou modern style). Elle s’inspire du rez-dechaussée des grandes maisons bourgeoises en s’agrandissant et décore ses façades pour afficher la classe sociale de ses propriétaires.

Délaissée après la Seconde Guerre Mondiale, car inadaptée aux exigences modernes, c’est à la fin du 20ème siècle que l’échoppe bordelaise suscitera de nouveau l’intérêt des habitants. Les années 90 et 2000 marquent la réhabilitation des échoppes avec des rénovations contemporaines : l’espace s’agrandit en optimisant les volumes vacants (cave et combles), l’intérieur est modernisé, l’extérieur nettoyé pour retrouver la blancheur de la pierre.

Très prisée par toutes les classes sociales, elle présente plusieurs avantages : elle est en pierre, une référence chez les bordelais, dispose d’un jardin en pleine ville et s’achète à un prix accessible. Avec la construction du tramway, l’aménagement des quais et le ravalement des façades, Bordeaux marque aujourd’hui une réelle tendance à la réhabilitation qui permet de redécouvrir la beauté des façades et la richesse de son patrimoine. Un renouveau général qui permet notamment à l’échoppe de revenir sur le devant de la scène.
BA Doc jeu de façades, Bordeaux, la ville aux 10.000 échoppes
Réalisation : Francis Bianconi
Production : France Télévisions et les films Jack Febus
Durée : 52’

Fraude à la licence IV : les commerçants de Sarlat s'inquiètent