• ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • SOCIÉTÉ
  • FAITS DIVERS
  • SPORT
  • CULTURE

Qui sommes-nous ? en Limousin

Lundi après le Grand Soir 3 et un mercredi par mois après Enquêtes de Région
Logo de l'émission Qui sommes-nous ? en Limousin

De l'encre sous la peau

© Lumina Films
© Lumina Films

Aujourd'hui, il n’est pas rare d’apercevoir, au hasard d'une manche qui se relève, les contours d'un tatouage. Mais pourquoi se marque-t-on la peau ? Longtemps subversif ou infamant, le tatouage est entré dans les moeurs. Qui mieux que lui pour parler du corps contemporain ?

Par Sylvain Antoine

ORIGINE ET ENJEUX DU PROJET

Les rencontres avec des personnes tatouées ont conduit Suzanne Chupin à se poser une question centrale sur le tatouage contemporain. Il y a une vingtaine d'années, la plupart d’entre elles ne se seraient sans doute pas fait tatouer car autrefois le tatouage avait mauvaise réputation.
Comment est-on passé d'une pratique subversive et stigmatisée à un usage social en passe de se banaliser ?
Qu'y a-t-il à comprendre dans ce retournement majeur ?
La maturation de son projet l'a amenée à se questionner sur l'évolution de notre rapport au corps. Savoir que de tout temps les hommes se sont servis du tatouage lui a fait prendre conscience que le corps est une construction sociale propre à chaque époque, à chaque culture.
Dès lors, l’un des enjeux majeurs de ce film est de mettre en perspective la démarche du tatoué contemporain avec celle du passé où, pendant longtemps, le tatouage fut synonyme d’exclusion sociale. Cette confrontation permet de mieux comprendre la conception moderne du corps.

© Lumina Films
© Lumina Films

Avec le tatouage, le corps est devenu support d'expression. Sur leur peau, les personnages, Aude, Jonathan, Marie-Anne, Gallag et Pascal matérialisent les moments charnières de leur existence et fixent ce à quoi ils tiennent le plus. Ces "traces de vie" marquées par le tatouage nous conduisent à mieux les comprendre et à opérer un changement de regard sur cette pratique complexe.
Il s’est agi également pour Suzanne Chupin de mettre en évidence la part plus sociétale du phénomène. Ainsi, en explorant les lieux du consumérisme (salon international du tatouage), mais aussi en abordant des groupes pour qui le tatouage est un signe de reconnaissance, elle a pu s’interroger sur le caractère conventionnel du phénomène.
En quoi aujourd’hui prend-il aussi la figure d’une nouvelle norme, cédant parfois à des effets de mode ou de valorisation extrême du corps ?
Il lui a semblé important de ne pas biaiser avec le caractère paradoxal et problématique de son sujet. Le phénomène n’est pas lisse. Il comporte des aspérités, des angles de résistance qui montrent combien le tatouage est un point de focalisation important de nos valeurs autant que de notre conception du corps et de l’homme.

© Lumina Films
© Lumina Films

L'ANCRAGE DU TATTOO

Dans le corps contemporain se joue un changement profond de nos représentations et de nos valeurs. Le tatouage en est une des expressions fortes.
En mettant en perspective la pratique actuelle du tatouage avec un usage passé où il fut longtemps stigmatisé, le film montre à quel point la notion de « corps » a évolué.
Des hommes et des femmes d'aujourd'hui nous racontent la façon dont ils se sont appropriés le tatouage, tout en le réinventant pour un usage plus intime et plus personnel, à l'image d'une société où le corps est devenu « objet de culte ».
Pourquoi se marque-t-on la peau ? Quel regard la société et les tatoués posent-ils sur ces marques à la surface du corps ? Car ce regard, bien qu'il ait considérablement évolué, fait aussi émerger une forme persistante de rejet. Quelles sont les raisons de ceux qui le désapprouvent ?
Mais, au-delà, le tatouage serait-il l'antidote, irréversible, d'un monde où tout est instable, fragile et éphémère ?
Plus qu'un « encrage », il offrirait un ancrage fixe et immuable dans une identité et une existence renouvelées.

Réalisation : Suzanne Chupin
Coproduction : France Télévisions / France 3 Nouvelle-Aquitaine / Lumina Films
Avec le soutien de : La région Nouvelle-Aquitaine, en partenariat avec le CNC

Diffusion : lundi 27 mars vers 23h40 sur France 3 Nouvelle-Aquitaine (Aquitaine, Limousin, Poitou-Charentes)
Rediffusion : lundi 20 mars à 8h50 sur France 3 Nouvelle-Aquitaine (Aquitaine, Limousin, Poitou-Charentes)

Grogne des avocats