• ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • SOCIÉTÉ
  • FAITS DIVERS
  • SPORT
  • CULTURE

Qui sommes-nous ? en Nouvelle-Aquitaine

Lundi après le Grand Soir 3 et un mercredi par mois après Enquêtes de Région
Logo de l'émission Qui sommes-nous ? en Nouvelle-Aquitaine

Quatre femmes, un documentaire inédit sur le thème de l'immigration

Documentaire "Quatre femmes" de Patrick Séraudie / © Edmond Carrère
Documentaire "Quatre femmes" de Patrick Séraudie / © Edmond Carrère

Le film "Quatre femmes" fait partie de la collection documentaires de France 3, "D'ici et d'ailleurs" , qui présente treize films coproduits par les régions autour du thème de l'immigration, diffusés en ouverture de la Semaine d'éducation contre le racisme et l'antisémitisme.

Par Caroline Hubert

"Par ce film qui porte en lui une forte dimension sociétale en s’ancrant résolument dans l’intime, je souhaite montrer des femmes qui ont choisi de lier leur destin à la France. Elles portent des histoires singulières, fortes, utiles aux générations futures, qu’elles soient issues ou non de l’immigration". Patrick Séraudie


Gulsen Yildirim est née en Turquie en 1973. Elle est première secrétaire fédérale du Parti Socialiste en Haute-Vienne et vice-présidente du Conseil Départemental de la Haute-Vienne.

Mumine Ozsoy est née en Turquie en 1972. Elle est conseillère régionale de Nouvelle-Aquitaine pour le parti Europe Ecologie les Verts.

Sally Chadjaa est née en France à La Rochelle en 1977. Elle est première adjointe à la mairie de Dompierre-sur-mer et conseillère régionale de Nouvelle-Aquitaine pour Les Républicains.

Soraya Ammouche est née en Algérie en 1975. Elle est conseillère régionale de Nouvelle-Aquitaine pour le Parti Radical de Gauche.

Ces quatre femmes ont pleinement bénéficié des effets de la loi sur la parité hommes-femmes votée par le gouvernement Jospin, il y a 18 ans. Élues de droite et de gauche, elles sont issues de la diversité, même si -aucune ne voulant être réduite à ses origines- elles ne revendiquent pas cette expression qui leur semble galvaudée.
Au premier regard, l’histoire est belle : celle de l’ascenseur social qui a fonctionné à plein pour qu’elles puissent dépasser le modèle familial et vaincre la malédiction du handicap lié aux origines. La réalité est plus complexe, car chacune pour y parvenir, a dû batailler. 

Le premier combat a été celui de l’émancipation. Chacune a son histoire familiale. Certaines ont dû se battre, parfois au quotidien, pour refuser les mariages arrangés et pouvoir étudier, souvent contre l’autorité parentale prisonnière de sa logique traditionaliste.

Un parcours qui a sûrement forgé chez elles cette force de caractère remarquable.

Un autre de ces combats a été d’être acceptées dans le microcosme politique qui ne leur tendait pas naturellement les bras. Il leur a fallu encore beaucoup de courage et d’énergie afin d’être considérées indépendamment de l’étiquette des origines qui leur collait à la peau. Pour ne plus être l’élue alibi, même si, au départ de leur parcours politique, la logique des minorités visibles dans les listes électorales a sûrement compté. Une longue expérience militante et associative sur le terrain a permis qu’elles soient repérées par les élus en place, qui leur ont alors proposé de rejoindre leurs listes en vue d’élections à venir.      

Enfin, leur dernier combat concerne leur place de femme au sein d’un monde politique encore majoritairement dominé par les hommes. Une lutte toujours d’actualité. Car même si les différentes lois, depuis celle du 6 juin 2000, instaurent la parité totale dans les collectivités locales, il n’en demeure pas moins vrai que ce sont encore les hommes qui occupent les postes à responsabilité. C’est un problème global de société, c’est le regard condescendant que depuis des générations et des générations les hommes posent sur les femmes, qu’il faut faire évoluer. Et chacune, avec ses moyens, y travaille au quotidien.

Gulsen, Mumine, Sally et Soraya sont dynamiques, engagées, mais aussi sensibles et avisées. Elles portent une réflexion sincère, profonde et lucide sur leur histoire et leur place au sein du monde politique dans lequel elles évoluent.

Le réalisateur, Patrick Séraudie a choisi de les questionner sur leur vie, leur parcours, leur motivation. Car ces femmes revendiquent une double identité entre le pays d’origine de leurs parents qu’elles n’oublient pas et la France. Une double identité qui leur permet de comprendre qui elles sont et où elles vont et qui a imprimé en elles des envies (ou des nécessités), celle de lutter contre les injustices et celle de s’engager en politique.  

Un film réalisé par Patrick Séraudie
Image : Edmond Carrère
Son : Edmond Carrère et Tom Capron
Montage : Jérôme Prudent 
Une coproduction France 3 Nouvelle-Aquitaine/ Pyramide Production
 

Regards d'été : réouverture du musée basque