• ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • SOCIÉTÉ
  • FAITS DIVERS
  • SPORT
  • CULTURE

Txirrita

Logo de l'émission Txirrita

VOIR OU REVOIR Festival Biarritz Amérique latine cinémas et cultures, 25 ans !

Txirrita : Festival Biarritz Amérique latine cinémas et cultures, 25 ans !

Un quart de siècle de découvertes des cinémas et cultures de ce continent chatoyant et terriblement créatif. Cinémas au pluriel, tant la production est riche et variée : ciné d’auteurs, social, de divertissement, séries B parfois, documentaires poignants ...

Par Allande Boutin (avec CR)

Revoir l'émission

Le Festival de Biarritz Amérique latine, a fêté ses 25 ans en septembre 2017.

Cultures au pluriel : espagnoles, portugaises, amérindiennes, urbaines, rurales.
Souvent, la réponse aux nombreuses crises politiques, militaires et sociales, qui ont ravagé le continent a été culturelle : créativité et humour, beauté et poésie.
Txirrita au Festival / © Txirrita
Txirrita au Festival / © Txirrita

La 26e édition de ce festival d’automne, est pour Txirrita l’occasion de revenir sur de belles rencontres avec des cinéastes, acteurs, photographes, dessinateurs. Mais aussi de s’intéresser à la Colombie, pays invité d’honneur du Festival 2017, en cette année franco-colombienne. La Colombie vue par les prismes de la photo, du cinéma, de la danse et du processus de Paix, complexe, en construction, qui met fin pas à pas, à 50 ans d’une terrible guerre civile.

Les invités :

  • Lucile de Calan, du Comité de sélection, nous donne les clés de la réussite du Festival de Biarritz Amérique latine. Elle dévoile les coulisses de la sélection. Le festival est une véritable fenêtre ouverte sur la France et l’Europe pour les cinémas latinos.
    Avec Lucile de Calan / © Txirrita
    Avec Lucile de Calan / © Txirrita

     

  • Ainize Butron : journaliste, elle a suivi le Festival de nombreuses années durant, pour le quotidien Gara. Grande connaisseuse de la culture latino-américaine, dont son cinéma, Ainize témoigne de ses années de festivalière passionnée : les films, les rencontres littéraires, les expositions de photos ou peintures, les soirées festives. Pour Ainize, Biarritz est un festival populaire, loin des paillettes et tapis rouges.
  • Angel Amigo : cinéaste et producteur basque de St Sébastien, Angel a longtemps vécu à Bogota. Il y a tourné et produit nombre de documentaires et fictions. Témoin des drames colombiens (quartels de la drogue, guérillas, contre-terrorismes d’extrême droite et paramilitaire), il s’est aussi intéressé à la « Colombie positive » comme il l’appelle. La Colombie qui construit la Paix et qui créé. 
    A. Boutin avec A. Amigo, cinéaste / © Txirrita
    A. Boutin avec A. Amigo, cinéaste / © Txirrita

     

  • Oscar Ruiz Navia : très jeune réalisateur colombien, invité dans le cadre d’une très belle rétrospective du cinéma de son pays, évoque son art, ses thèmes favoris, ses choix de cinéma. Il nous dit aussi pourquoi le festival de Biarritz compte tant pour les auteurs latino-américains.
  • Martxelo Otamendi : directeur du quotidien en langue basque Berria, Martxelo a suivi de près le processus de Paix colombien. Spécialiste en politique internationale, il analyse la situation de ce pays très contrasté, qui essaie de se reconstruire.
    A. Boutin avec Martxelo Otamendi / © Txiritta
    A. Boutin avec Martxelo Otamendi / © Txiritta

     

  • Ruso Sala et Sakapatu : Ruso, chanteuse catalane et Sakapatu, groupe de musiciens sud-américains installés à Barcelone, nous parle du Festival et de l’hommage qu’ils rendent à Violetta Parra, auteure-interprète chilienne, condamnée à l’exil après le putsch de Pinochet au Chili en 1973.

Illustrations et archives :

  • L’animation de l’édition 2017 du Festival par Gwladys  Esnault  de l’Atelier Mêlé 
  • La rencontre avec Quino, le père de Mafalda.
  • Extrait du magazine consacré à la rétrospective de la 20ème édition du festival, pour la cérémonie d’ouverture du Festival en 2011.
  • Extrait du film « Los Hongos » - 2017, d’Oscar Ruiz Navia. 
  • Extrait du documentaire « El silencio de los fusiles » - 2017, de Natalia Orozco.
  • L’exposition de Janca, photographe franco-colombienne en 2001.

Chant et danse :

  • Ruso Sala et Sakapatu. « Para olvidarme de ti » de Violeta Parra.
  • La Compañía de danza de Bogotá, Lors du Temps d’aimer 2017 (Festival de danse de Biarritz).  La danse, la création, la beauté, comme réponse à tous les maux dont souffre la Colombie par les jeunes danseurs et le chorégraphe Jorge Bernal, de cette toute récente compagnie.
    Ruso et Sakapatu au festival Biarritz Amérique latine 2017 / © Txiritta
    Ruso et Sakapatu au festival Biarritz Amérique latine 2017 / © Txiritta

     

Pyrénées-Atlantiques : naissance d'un bébé ocelot au zoo d'Asson