Viure al País

Tous les dimanches à 11h30
Logo de l'émission Viure al País

Le Val d'Aran vers plus d'autonomie ? dans Vuire al pais, ce dimanche à 11h30

Le Val d'Aran, le petit territoire pyrénéen va vers plus d'autonomie / © MaxPPP
Le Val d'Aran, le petit territoire pyrénéen va vers plus d'autonomie / © MaxPPP

Une grande patrie de l'émission concerne le Val d'Aran et son nouveau régime spécifique. On s'intéressera également à la langue aranaise. Puis, on fera un survol du Sidobre. Puis on ira à NÎmes pour découvrir le quartier St Césaire.

Par Emmanuelle Gayet

CÒP D’UÈLH: Una novèla lei per Aran
De Clément Alet et Denis Hémardinquer

Le 21 janvier 2015, le Parlement de Catalogne a voté à une très large majorité en faveur du nouveau régime spécifique du Val d'Aran. Une nouvelle étape dans le processus d'autonomie de ce petit territoire pyrénéen a été franchie. La nouvelle loi, qui regroupe 78 articles, fixe un nouveau cadre pour le Val d'Aran et intervient après les dispositions légitimes spécifiques qu'avait déjà octroyées le Parlement de Barcelone au Val d'Aran en 1990 et en 2006. Dans son article premier, la nouvelle loi précise que l'Aran est "une réalité nationale occitane" et laisse entrevoir la porte à une véritable autonomie pour ses 8000 habitants. Le processus de validation de la nouvelle loi sera décisivement terminé une fois que les Aranais se seront prononcés par référendum dans 9 mois. Mais d'ici là, il y aura des élections au Val d'Aran et la campagne électorale ne manquera pas d'aborder une question cruciale : où trouver les ressources nécessaires pour assumer pleinement cette nouvelle autonomie qui se profile...

CÒP D’UÈLH : Aran, la lei e la lenga
De Clément Alet et Denis Hémardinquer

Au delà du cadre général que donne la nouvelle loi pour tout le territoire du Val d'Aran, que va-t-il se passer pour la langue ? L'aranais est une variante gasconne de l'occitan et a déjà le statut de langue officielle sur ce territoire. A Vielha, capitale du Val d'Aran, on lit aussi bien de l'aranais que du catalan ou du castillan sur les panneaux ou dans la rue, mais on n’entend pas si facilement parler la langue. Entre 2008 et 2013, la pratique quotidienne et habituelle de l'aranais est passée de 24% à 17% auprès de la population. La loi va-t-elle permettre de faire changer cette évolution ? Une chose est sûre, la politique linguistique actuelle menée par le Conseil Général d'Aran devrait perdurer. L'aranais est largement enseigné de l'école maternelle jusqu'au lycée, des adultes apprennent la langue, certains dans un cadre professionnel, et la connaissance de la langue à l'écrit semble progresser.

LO PAÍS : Un urbanisme novèl ?
D’Aymeric Jonard et Christian Bertard

Village paisible jusque dans les années 70, St Césaire est dorénavant englobé dans l'agglomération Nîmoise. Les vignes et la cave coopérative appartiennent maintenant à l'histoire et la localité est devenue comme Caissargues, Marguerittes et bien d'autres, un village dortoir. À Nîmes, les grands ensembles ont commencé à sortir de terre au début des années 60 avec l'arrivée massive des rapatriés d'Algérie ; ainsi naquit la ZUP nord, aux allures de forteresse médiévale. La croissance démographique de l'agglomération ne faiblit pas, en outre de grandes infrastructures comme une Ligne à Grande Vitesse et un doublement d'autoroute vont prochainement voir le jour, mais après les inondations catastrophiques que la ville a plusieurs fois connues, certains urbanistes s'interrogent sur ces aménagements massifs et préconisent le maintien de terres agricoles plus habilitées à absorber de plus grandes quantités d'eau que le bitume.

DESCOBÈRTA: « Pel Sidòbre… » (Rediffusion sujet du 30 mars 2014)
De Clément Alet et Denis Hémardinquer

Le Sidobre est un territoire géologique exceptionnel qui constitue le plus vaste site granitique en Europe et en France, bien avant même la Bretagne. Le Sidobre est coincé au pied de la Montagne noire, juste au dessus de Castres, sur un plateau qui fait à peine 10 km de large sur 15 de long. C'est l'érosion naturelle des sols qui a crée ces paysages insolites constitués de gros cailloux, de rochers tremblants, de rocs gigantesques posés ici et là et qui font la renommée touristique de cette région. Mais au-delà de l'attrait spectaculaire des roches granitiques du Sidobre, ce pays vit grâce à l'exploitation de la pierre. Particulièrement résistant comparé aux autres granits du monde, celui du Sidobre ne sert pas qu'à faire des pierres tombales. On en retrouve sur les Champs Elysées à Paris, autant que dans le métro de Hong-Kong par exemple. Dans ce reportage, nous irons donc à la rencontre de ces hommes qui gravitent autour du granit ; qu'ils soient tailleurs de pierre, artisans, carriers, guide touristique ou encore aubergiste...

Les Carrelets de Garonne, un marathon fluvial en palmes et en eaux vives