Quel avenir pour le Banc d'Arguin ? Emmanuelle Wargon en visite à Arcachon

Vue aérienne du Bassin d'Arcachon et du banc d'Arguin, ainsi que de la Dune du Pilat, le 4 août 2018. / © MEHDI FEDOUACH / AFP
Vue aérienne du Bassin d'Arcachon et du banc d'Arguin, ainsi que de la Dune du Pilat, le 4 août 2018. / © MEHDI FEDOUACH / AFP

En visite à Arcachon samedi 19 octobre, la secrétaire d'Etat à la Transition écologique Emmanuelle Wargon a rencontré les représentants des différents usagers du Bassin. Ostréiculture, tourisme et protection de l'écosystème y sont-ils conciliables, notamment sur le Banc d'Arguin ? 

Par AR

Ostréiculture, tourisme et protection de l'environnement sont-ils conciliables sur le Bassin d'Arcachon, et plus particulièrement le Banc d'Arguin, réserve naturelle depuis 1972 ?

Alors que cet écosystème est menacé par la sur-fréquentation touristique, la secrétaire d'Etat à la Transition écologique Emmanuelle Wargon s'est rendue à Arcachon samedi 19 octobre. 
 

"Sur l'ostréiculture, je suis assez confiante sur notre capacité à maintenir une activité ostréicole compatible avec la protection de la nature. Sur la plaisance, je pense qu'il faut décentrer le sujet : quelle est la plaisance possible et soutenable à l'échelle du Bassin ? " s'interroge-t-elle à l'issue de cette rencontre. 
 

 

"La part du gâteau est trop petite" Thierry Lafon, président du comité régional conchylicole

Les 45 hectares de parcs à huitres implantés sur le Banc ne sont donc pas remis en question, même si cela ne suffit pas à Thierry Lafon, président du comité régional conchylicole.

"Nous ne sommes jamais complétement satisfaits, dans le sens où la part du gâteau est trop petite. Néanmoins, il faut être raisonnable", concède-t-il. 


Faut-il interdire l'accès au Banc d'Arguin aux touristes ? 


Pour ce qui est la plaisance et du débarquement des touristes, en revanche, la question est plus ouverte.

"Il y a des réserves qui sont totalement interdites au public, comme celle de Scandola, en Corse. Je n'espère pas qu'on arrive à cette solution-là, mais c'est aussi dans le domaine du possible" estime Patrick du Fau de la Mothe, vice-président de la coordination environnement Bassin d'Arcachon, ou CEBA. 
 

Evidemment, c'est une perspective tout à fait inenvisageable pour les professionnels du secteur nautique.

"Il y a quand même une industrie nautique sur le Bassin d'Arcachon très importante, c'est plus de mille emplois, 136 entreprises. Supprimer cette activité reviendrait à mettre au chômage un certain nombre de personnes", souligne Joël Confoulan, président de la confédération des associations d'usagers du Bassin d'Arcachon. 

À l'heure actuelle, une interdiction de la plaisance au Banc d'Arguin ne semble pas réellement envisagée. D'autres réunions se tiendront prochainement sur ce dossier. 

 Regardez le reportage de Laurianne de Casanove et Pascal Lecuyer : 
Quel avenir pour le banc d'Arguin ? Emmanuelle Wargon en visite à Arcachon
Intervenants : Emmanuelle Wargon , Secrétaire d'Etat auprès de la ministre de la Transition écologique et solidaire, Thierry Lafon , Président du comité régional conchylicole, Patrick du Fau de la Mothe, Vice-président de Coordination environnement bassin d'Arcachon, Joël Confoulan, Président de la Confédération des Associations d'Usagers du Bassin d'Arcachon Equipe : DE CASANOVE Laurianne, LÉCUYER Pascal, DUPUIS Françoise

A lire aussi

Sur le même sujet

Changement d'heure

Les + Lus