Cet article date de plus de 4 ans

Bac de philosophie: dernière ligne droite

Jeudi 14 juin au matin, les élèves de terminale L, ES et S seront penchés sur leurs copies de philo. Une épreuve toujours difficile à appréhender.
© Annaïck Demars
3...2...1... Partez ! Les candidats au baccalauréat commenceront dès ce jeudi 8h par la première épreuve : la philosophie. Souvent redoutée par les bacheliers, il est pourtant possible d'aborder cette matière l'esprit tranquille, avec les bons conseils. 

durée de la vidéo: 02 min 53
Les élèves sont invités à penser par eux-mêmes © M.D'Abrigeon/L.Cagnato

La philo, une discipline à part

D’un point de vue historique, c’est une discipline très ancienne: elle a plus de 2 500 ans d’histoire.

Mais elle est aussi enseignée en France de façon très particulière. Dans le système éducatif français, les élèves font de la philosophie générale. C'est-à-dire qu’on réfléchit et on les invite à penser par eux-mêmes.

C'est donc une discipline exigeante qui réclame un effort de pensée personnel et aussi une culture générale qu’il faut développer en une année seulement.

Corrections et polémiques

En France, beaucoup de bacheliers s’imaginent que pour réussir en philo, il faut avoir des affinités avec les idées du correcteur.

Pourtant, ce mode de pensée est faux: l’évaluation repose sur des critères tout à fait objectifs. On ne fait pas attention à la conclusion à laquelle aboutit le candidat, mais plutôt à sa démarche de réflexion. 

Les correcteurs relèvent donc deux aspects importants : il faut être capable de disserter en conduisant une pensée personnelle pour aboutir à une conclusion, et cette pensée doit être instruite, c'est-à-dire qu’on attend du candidat qu’il ait une culture philosophique sur les auteurs.

Pas de panique donc pour les bacheliers: il suffit de bien répondre à ces deux critères, et le bac de philo tant redouté sera sûrement dans la poche. 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
bac éducation société