Bordeaux : des enseignants s'allongent devant le rectorat pour dénoncer leurs conditions de travail

Le die-in était organisé devant le rectorat de Bordeaux / © SNUipp-FSU
Le die-in était organisé devant le rectorat de Bordeaux / © SNUipp-FSU

Une dizaine d'enseignants s'est allongée devant le rectorat de Bordeaux ce mercredi. Une action symbolique pour dénoncer leurs conditions de travail et libérer la parole de leurs collègues en souffrance.
 

Par Maïté Koda


C'est un die-in, symbolique. Ce mercredi, une petite dizaine d'enseignants s'est allongée devant le rectorat de Bordeaux. Une action symbolique qui s'est répétée dans de nombreuses villes de France, afin de dénoncer la souffrance au travail des enseignants. 
La manifestation, qui rend hommage à Christine Renon, directrice d'école à Pantin (93) qui s'est donné la mort en octobre, coïncidait avec le CHSCT extraordinaire sur la souffrance au travail des enseignants et directeurs d'école qui se tenait à Paris.


Parole libérée

"Ce suicide et la médiatisation qui l'a entourée a libéré la parole, reconnaît Samantha Fitte, professeure des écoles et représentante du SNUipp-FSU en Gironde.  "Très rapidement, on a vu des collègues qui pourtant semblaient aller bien faire remonter beaucoup de choses. Des agressions, des violences verbales ou physiques, le fait de ne pas se sentir reconnu dans son travail, d'être sous-payé…"

Selon la représentante syndicale, la liste des motifs de mal être est longue. "Nous avons des classes surchargées, nous manquons de moyens pour inclure des élèves en situation de handicap, poursuit-elle.
 

On a chaque semaine des personnes qui viennent nous voir pour savoir comment démissionner ! 
Samantha Fitte, professeure des écoles et représentante du SNUipp-FSU en Gironde
 

Samantha Fitte dénonce l'augmentation, en Gironde, des arrêts maladie longue durée, et cite des cas de burn-out, dépression, ou encore d'hospitalisation pour raisons psychiatriques. "Tous ces mal-êtres sont liés au travail", assure-t-elle. On a chaque semaine des personnes qui viennent nous voir pour savoir comment démissionner ! "
 

58 suicides

Le SNUipp – FSU demande davantage de moyens pour le fonctionnement des écoles, mais aussi pour mieux accompagner les salariés. Selon les chiffres du ministère de l'Education, 58 agents de l'Education nationale se sont donnés la mort sur l'année scolaire 2018-2019. 
Les enseignants devraient être nombreux à se mobiliser le 5 décembre, lors des manifestations prévues contre la réforme des retraites.

Sur le même sujet

Les + Lus