À Bordeaux, Toit à Moi donne un nouveau départ aux personnes sans domicile

© J.C
© J.C

Toit à Moi a ouvert son antenne bordelaise, il y a quelques mois. À la recherche de donateurs, l'association a déjà acheté trois appartements pour y loger des personnes en grande précarité.

Par Julie Chapman

Depuis quelques mois, Bordeaux accueille la sixième antenne de Toit à Moi. L'association nantaise propose des appartements à des personnes très précaires ou sans domicile, tout en leur fournissant un accompagnement sur leur projet. 
 
youtube toit à moi


"Nous ne faisons pas que du logement. L'association s'appuie sur trois piliers : l'appartement, l'accompagnement avec un responsable d'action et les temps partagés avec les bénévoles. Si la personne refuse l'un de ces trois points, nous ne pourrons pas la prendre", explique Sandra Courouau, responsable de l'antenne bordelaise.

En Gironde, trois logements, situés à Bordeaux, Lormont et Bègles ont été achetés. Ils accueilleront avant la fin de l'année deux hommes et une femme, tous en situation précaire. Avec des appartements disséminés dans la métropole, l'objectif est de "favoriser la mixité sociale", indispensable pour Sandra Courouau. 

 

 

Nouveau départ


En douze ans, l'association a aidé une soixantaine de personnes à sortir de la rue ou de la précarité. Grâce aux appartements de Toit à Moi, les personnes retrouvent un "logement décent" et peuvent "progressivement réintégrer la société"

Nous voulons accueillir les personnes dans un vrai appartement, pour qu'elles puissent d'abord se poser et se reposer, et qu'elles se sentent reconnues à leur juste valeur. On met ensuite en place leur projet de vie, qu'il soit professionnel ou personnel. 
Sandra Courouau

Ces personnes sont orientées par les travailleurs sociaux des structures prévues par les métropoles. Pour autant, l'association tient à son indépendance, dans sa gestion et ses orientations. 
 


"Nous avons reçu de l'aide du département de la Gironde, mais nous voulons conserver notre indépendance dans nos choix, et dans le temps que nous prenons pour les personnes ", explique la responsable de l'antenne bordelaise.

Accueillies en moyenne pendant deux ans, les personnes ont également un suivi personnalisé, quasi-quotidien avec un responsable pour mettre sur pied leur projet. Un rythme loin de ceux astreints par les travailleurs sociaux. "Un travailleur social pour trois personnes, c'est une situation idyllique pour faire un réel accompagnement", détaille Sandra Courouau. 
 

Détapisser et discuter


En parallèle, pour opérer une réintroduction dans la société en douceur, la centaine de bénévoles bordelais prennent de leur temps pour partager des moments avec les personnes accueillis. 

Ça peut être un café, un ciné ou juste un moment à discuter. L'objectif, c'est surtout de recréer des liens et faire en sorte que les personnes se sentent entourées et soutenues.
Sandra Courouau

Pour les personnes accueillies, les relations leur permettent de se détacher de relations toxiques, et de reprendre confiance en soi"Les bénévoles nous prêtent aussi main forte lors des travaux. À Lormont, les bénévoles nous ont aidé à détapisser l'appartement, installer des appliques… Chacun peut aider à sa façon", énumère la responsable d'action. 
 


Pour autant, pas question "d'assistanat"Chaque locataire paie son loyer, les charges ainsi que sa nourriture. 

Nous établissons les tarifs en fonction des ressources de chacun. Puis, progressivement, nous augmentons leurs dépenses pour atteindre les prix qui existent dans la société.
Sandra Courouau

Véritable "béquille", la responsable de l'antenne bordelaise s'occupe également des démarches administratives, pour que ces personnes, souvent déconnectées de ces problématiques, puissent faire valoir leurs droits. 

L'objectif, c'est qu'à la fin, ils n'aient plus besoin de moi.
Sandra Courouau


Parrains et marraines


Pour acheter les appartements, Toit à Moi investit uniquement à l'aide de dons mensuels, opérés par la trentaine de parrains et marraines girondins. Ils sont complétés par les dons ponctuels de donateurs, via le site web de l'association.

Avec cent parrains et marraines, à raison de 20 € par personne pendant cinq ans, nous pouvons acheter un appartement.
Sandra Courouau

Ces dons sont déductibles à 75 % sur les impôts. "Cela signifie qu'un don de 20 € revient, après déductions, à 5 € pour la personne", précise la responsable d'action. Un argument de choix pour Toit à Moi, qui cherche désormais un local, pour accueillir bénévoles et personnes accompagnées.

Ca nous permettrait aussi d'avoir un lieu repérable sur Bordeaux pour tous les acteurs.

Pour financer le fonctionnement de l'association ainsi que les salaires, Toit à Moi fait aussi appel à des entreprises mécènes. Sur Bordeaux, une petite dizaine dont La Forêt ou AG2R, a déjà rejoint le projet. 
 


 

Sur le même sujet

Les + Lus