• ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • SOCIÉTÉ
  • FAITS DIVERS
  • SPORT
  • CULTURE

Le cap de Nicolas Florian pour Bordeaux : “ maîtriser la croissance ”

Nicolas Florian a donné son cap de rentrée ce mardi 10 septembre à la maison éco-citoyenne de Bordeaux. / © Elise Galand
Nicolas Florian a donné son cap de rentrée ce mardi 10 septembre à la maison éco-citoyenne de Bordeaux. / © Elise Galand

Le maire de Bordeaux prône la recherche de l'équilibre pour répondre aux inquiétudes d'une ville qui a grandi trop vite : mobilité, logement, aménagement urbain. Il faut se donner le cap des 300 000 habitants, pas plus, pour maîtriser la croissance. 

Par Christine Le Hesran

Le lieu n'est pas choisi au hasard. Nicolas Florian, costume de maire endossé depuis le mois de mars, fait sa première rentrée de septembre à l'échoppe bordelaise, sur les quais de la Garonne. Un lieu qui symbolise la parole, la co-construction et le partage des orientations mis en avant par Nicolas Florian lors de cette conférence de presse de rentrée. Il invite chaque Bordelais à s'emparer des sujets du quotidien.

On ne pourra rien faire si on ne le fait pas ensemble
 

L'héritage revendiqué

Et tout d'abord un bilan. Celui d'Alain Juppé qu'il revendique aussi. Presqu'un début de thème de campagne pour 2020 et l'objectif des élections municipales. Une ville qui s'est transformée, développée et d'ajouter :

On est fiers d'être Bordelais
Nicolas Florian
 

 
L'ancien et le nouveau maire en mars 2019 à la mairie de Bordeaux / © Georges GOBET / AFP
L'ancien et le nouveau maire en mars 2019 à la mairie de Bordeaux / © Georges GOBET / AFP
 

La ville en vert


Le besoin d'une ville plus tournée vers l'écologie s'est fait entendre, et les dernières élections où les écologistes ont frappé fort, n'y sont pas pour rien. Tous les candidats déclarés ou potentiels en font un thème central. 

Alors la réponse :  "En matière de transition énergétique et face à la nécessité de sobriété, nous avons des réponses à apporter à notre échelle. Nous allons innover en installant des éoliennes urbaines à Bordeaux."
Dans les tuyaux aussi, l'implantation d'éoliennes urbaines, horizontales " qui s'intègrent dans le tissu urbain ".

La mobilité aussi pourrait se mettre plus au vert. Le vélo, notamment, qui se développe à vive allure sans que pour autant les aménagements suivent.
Nicolas Florian salue les itinéraires réservés au vélo. " La réservation de voies de circulation aux déplacements doux et notamment au vélo est une réponse. C'est ce que nous avons fait cours du Maréchal Juin depuis la fin de l'été ". Mais quelle sera la suite ? 
 
 

La galère des déplacements


Place aussi aux nouveaux comportements qu'il faut selon lui encourager " Des places de stationnement seront réservées aux Bordelais qui feront du covoiturage. Une action concrète pour inciter au changement de comportement 

La circulation dans Bordeaux et la métropole tourne au casse-tête : passage des ponts, travaux... Alors Nicolas Florian renoue avec le passé et veut réintroduire des policiers à la circultaion : " Nous allons mettre en place une police de la circulation. Des agents de la police municipale se déplaceront pour fluidifier la circulation autour des carrefours les plus encombrés." 

Et comme il faut anticiper l'avenir, et la suite ?

2030/2050, le réseau de transport sera saturé.

Notamment et le maire s'en félicité " On prend de plus en plus les transports en commun" D'où cet avis bienveillant à l'égard du projet de métro pour desservir des secteurs de la métropole. " On doit avoir maintennat un réseau qui est complémentaire. " Gros dossier à 1 milliard 4 qui sera étudié en novembre prochain au conseil de Bordeaux métropole.
Il tient par ailleurs à " un rail de ceinture " qui desserve les villes voisines. 
 

La recherche de l'équilibre


A la critique de certains, sur une ville qui grandit trop vite, le maire, candidat à sa succession, répond tout en sachant qu'il joue une partie de sa campagne. " Je veux une ville accueillante et pas une ville qui exclut. "
Il se donne comme priorité de maîtriser la croissance.

Notre ville est structurée pour accueillir dans de bonnes conditions 300 000 habitants.

Un exemple sur un site qui fait débat : "Dans les décisions du quotidien, nous recherchons l'équilibre. Aux Bassins à Flot par exemple, l'îlot de Faïencerie sera préservé de toute construction ".

Les Bordelais se sont souvent plaints ces dernières années de la chèreté des logements, devenus pour certaines familles ou jeunes totalement inaccesibles. La rançon d'un développement et d'une ville qui brille et attire les touristes avec notamment le phénomène Airbnb. Le maire apporte sa réponse :  " Nous devons permettre à chaque Bordelais, à chaque famille, dese loger en développant l'offre de logements abordables : poursuite des efforts de construction et intensification des contrôles des locations saisonnières (900 logements revenus à la location régulière aujourd'hui). "


Et les municipales ? 

Ce n'est pas le moment d'après le maire, candidat déclaré dès le mois de mars à sa succession. 

On est concentré sur la ville, je ne suis pas dans le temps électoral. 

Rendez-vous d'ici la fin de l'année si la campagne ne s'accélère pas d'ici là...

Vous pouvez écouter l'intégralité de la conférence de presse ici ►
 

 




 

A lire aussi

Sur le même sujet

Guillaume de Conti, viticulteur

Les + Lus