Contrôle technique : dernière ligne droite avant le changement

La voiture d'un particulier passe au contrôle technique. / © France3 Aquitaine
La voiture d'un particulier passe au contrôle technique. / © France3 Aquitaine

Depuis quelques semaines, les centres de contrôle technique tournent à plein régime. A partir du 20 mai prochain, les règles changent. L'examen de votre véhicule sera plus contraignant, plus sévère et plus cher.  Voici ce qui va changer. 

Par Hélène Chauwin

Plus de points à vérifier 

Actuellement, tous les véhicules particuliers de plus de 4 ans doivent subir un contrôle technique régulier, effectué tous les deux ans par un organisme agréé par l'Etat.  123 points sont vérifiés. A partir du 20 mai, on passe à 132 points. 


Un contrôle plus sévère 

3 types de défaillances pourront être relevés :

  • défaillances mineures : le propriétaire peut continuer à rouler sans réparation
  • défaillances majeures qui entraînent une contre-visite. Le propriétaire dispose de deux mois pour faire faire les réparations. Il peut continuer à rouler pendant ce temps.
  • défaillances critiques : c'est le vrai changement :  le propriétaire aura jusqu'à minuit pour faire réparer son véhicule sinon il sera immobilisé. 
Parmi les défaillances critiques, citons les feux "stop" défectueux, l'absence de liquide de frein ou encore un jeu excessif dans la direction.

Un contrôle plus cher 

Le contrôle prendra deux fois plus de temps. Les prix vont donc logiquement augmenter. Attention, ils ne sont pas réglementés par l'Etat. 


Ce changement de législation est imposé par une directive européenne de 2014. L'UE veut diminuer de moitié le nombre de tués sur les routes d'ici 2020. Un véhicule plus sûr est l'un des moyens d'y arriver.
Mais les automobilistes ont anticipé et se précipitent dans les centres de contrôle technique pour décrocher leur macaron avant le 20 mai. 20% d'entre eux étaient recalés. Ils pourraient être 50% après le 20 mai. 

Le rush dans les centres de contrôle technique








Sur le même sujet

Panazol : le seuil Parry, mini-barrage, n’est plus

Les + Lus