• ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • SOCIÉTÉ
  • FAITS DIVERS
  • SPORT
  • CULTURE

Gironde : les habitants du Réolais font front commun contre le projet du groupe Lafarge

© France 3 Aquitaine
© France 3 Aquitaine

LafargeHolcim, qui souhaite ouvrir un site d'extraction de graviers dans le sud Gironde, est face à l'hostilité des habitants, qui s'inquiètent des nuisances induites par le projet, prévu sur une zone de cent hectares.
 

Par MK avec Marie Neuville

Le cimentier Lafarge va-t-il pouvoir installer une gravière à Bourdelle en Gironde ?  Le cimentier recherche un nouveau site d'extraction de ses graviers, alors que les ressources de la gravière de Fontet, dans le Réolais, où il est implanté,  sont bientôt épuisées.

Mercredi 20 mars, une réunion d'information a tourné court. Les représentants du groupe LafargeHolcim, venus présenter leur projet devant 150 personnes, ont été interrompus, vivement critiqués et hués.
 

Campagne de consultation

Le site existant et le site en projet sont éloignés de 6 kilomètres. Le projet du groupe Lafarge n'en est qu'aux prémices.

"Les terres ne sont pas achetées, nous en sommes vraiment au tout début, " assure Jean-Pierre Gaillard, responsable financier de LafargeHolcim.

" Nous allons lancer une campagne de consultations auprès d'experts en écologie, en hydraulique, et en hydrogéologie. Ce sont ces expertises qui permettront de mieux définir l'emprise même du projet".

Des propos qui se veulent rassurants. Car le cimentier le sait, il fait déjà face à de solides oppositions. La centaine d'hectares qu'il compte transformer en carrière, se trouve dans la vallée de la Garonne. Des terres agricoles, auxquelles les habitants sont attachés.
 

"Notre terre, notre patrimoine"


"Il s'agit de notre grenier, de notre terre, de notre patrimoine, dénonce Jean-René Gouron, agriculteur à Bourelles et membre du collectif les Garonnais liquidés.
 

L'avenir de nos enfants est largement compromis si Monsieur Lafarge arrive et récupère tout notre sol.


Référendum local


Sur le court terme aussi, le projet déplaît. "Il y aura le bruit, la poussière, les camions, quid de la sécurité pour nos enfants ?" s'inquiète Thibaut Mounaris, habitant de Mongauzy et également membre du collectif d'opposants au projet. Autre motif d'appréhension : la perte de la valeur des biens immobiliers achetés à proximité.
  

Cinq exploitants ont d'ores et déjà accepté de vendre leur terrain. Les maires de Bourdelles et de Mongazy ont décidé de lancer un référendum local.  Christian Bouin, le maire de Bourdelles, prévient : 
 

Ce n'est pas nous qui prendrons la décision finale,  C'est le préfet. (…) Lafargue est prêt à mettre de l'argent, et avec l'argent, on achète beaucoup de choses.
 

Notre équipe a recontré les principaux acteurs de cett bataille qui s'annonce longue >

Gironde : les habitants du Réolais font face au projet de gravière du groupe Lafarge

 

Sur le même sujet

Bientôt du houblon en Lot-et-Garonne ?

Les + Lus