Mérignac : pas de réseau informatique, pas de cours au lycée Daguin

Les profs en colère au lycée Daguin, à Mérignac, ils ont décidé de ne pas faire cours vendredi 12 septembre / © DR
Les profs en colère au lycée Daguin, à Mérignac, ils ont décidé de ne pas faire cours vendredi 12 septembre / © DR

Trop, c'est trop pour la cinquantaine d'enseignants du lycée Daguin de Mérignac en Gironde. Trop de dysfonctionnements matériels pour de bonnes conditions de travail pour les élèves comme pour les profs. Ils n'ont pas fait cours ce vendredi matin.

Par Christine Le Hesran

Pas de matériel qui fonctionne, pas de cours. C'est le coup de gueule d'une cinquantaine d'enseignants du lycée Daguin de Mérignac en Gironde. Ils ont posé les livres, les cahiers et renoncé à faire cours ce vendredi matin 12 septembre.
" On ne peut pas faire l'appel pour noter les élèves absents et prévenir les parents dans les 30 minutes. Ça nous pose un problème de responsabilité légale. " explique Mateusz Panko, professeur de philosophie. Et ce n'est qu'un exemple parmi d'autres. 

" Trop c'est trop "


En cause, une accumulation de " dysfonctionnement massif du réseau informatique " d'après Mateusz Panko. La source de leur problème, le réseau ne fonctionne pas. Les problèmes sont décrits comme récurrents mais ont pris de l'ampleur en cette rentrée. "Il y a un nouvel environnement numérique "... mais qui ne fonctionne pas comme il devrait. " On ne peut pas ouvrir une session, même en interne. On ne peut pas ouvrir un document pour lancer une impression de textes pour les élèves."
C'en est trop pour ces profs qui ont décidé, le temps d'une journée, de cesser les cours.
 
La liste des revendications écrite sur un tableau du lycée Daguin / © DR
La liste des revendications écrite sur un tableau du lycée Daguin / © DR

" Ce n'est pas une action contre la direction du lycée, ou les élèves ou leurs parents. Mais il n'y a aucune réactivité pour trouver des solutions." Et Mateusz Panko de poursuivre l'inventaire. Le lycée a connu un sinistre au printemps, le gymnase a été détruit. Depuis, des fenêtres de classe ont été condamnées, il n'y a pas de rideau aux fenêtres et donc le soleil en plein visage pour les élèves. 

On a dû les autoriser à porter leur casquette et des lunettes de soleil même en classe. Et ils souffrent de la chaleur... 


Ce coup de sang des enseignants a un but  : provoquer une réaction pour faire travailler les élèves et les profs dans des conditions acceptables. 

 

Sur le même sujet

Des livreurs de Deliveroo relient Bordeaux à Paris pour dénoncer leurs conditions de travail

Les + Lus