"Qu'ils retournent en Afrique". La mairie de Bordeaux porte plainte après des tags racistes sur des locaux associatifs

Publié le
Écrit par Maïté Koda .

Mercredi 30 novembre, l'Association de solidarité avec tous les immigrés (ASTI) a retrouvé les murs de son enceinte recouverts de tags racistes. La mairie de Bordeaux a annoncé ce jeudi avoir porté plainte contre les auteurs.

"Qu'ils retournent en Afrique". La phrase, prononcée par le député RN du Médoc Grégoire de Fournas lui a valu une exclusion temporaire de l'Assemblée nationale.  Mais ces mots semblent avoir marqué quelques esprits. Ce mercredi, ils ont été tagués sur les murs de l'association de solidarité avec tous les immigrés (ASTI), dans le quartier de la gare à Bordeaux. 

Une deuxième phrase : "Les nôtres avant les vôtres , moins de SDF, plus d'OQTF" (obligation de quitter le territoire) était également inscrite. Le tout était signé Action directe identitaire. 

Une signature qui a déjà été retrouvée en 2021 sur des tags racistes ornant les murs de l'université de Pessac, ou encore, en octobre, sur la mosquée de Pessac.

Une plainte de la mairie

La mairie de Bordeaux, propriétaire des locaux  a publié un communiqué ce jeudi, indiquant avoir déposé plainte "afin que soient recherchés et réprimés ceux qui entendent instaurer un climat de haine raciale".

"Pierre Hurmic, indigné par la teneur de ces inscriptions, assure l'ASTI et les bénéficiaires de ses services, directement visés par les inscriptions, de son plein et entier soutien face à ce lâche acte de vandalisme", poursuit le communiqué de la mairie de Bordeaux. 

Un "durcissement des conditions d'accueil"

De son coté l'ASTI a dénoncé sur Facebook des actes provenant d'un "groupuscule fasciste", et estime que les messages " ne sont que le reflet de l’extrême droitisation du débat actuel sur les étrangers en France, et du durcissement des conditions d’accueil dans la future loi immigration".

Impossible de ne pas voir un lien entre le message « moins de SDF, plus d’OQTF » et la demande explicite de Gérald Darmanin d’empêcher les étrangers sous OQTF dans les hébergements d’urgence.

Association de soutien à tous les Immigrés

Communiqué

"Viser les locaux de l’ASTI Bordeaux, c’est aussi faire peser une menace directe sur les étrangers, avec ou sans papiers, avec ou sans OQTF, que nous accueillons tous les jours dans nos permanences et dans nos cours, et sur la centaine de bénévoles qui les accompagnent", déplore l'association. 

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité