• ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • SOCIÉTÉ
  • FAITS DIVERS
  • SPORT
  • CULTURE

Soleil : comment prévenir les dangers, comment les soigner ?

Les méfaits du soleil à prendre très au sérieux. / © Christine Le Hesran
Les méfaits du soleil à prendre très au sérieux. / © Christine Le Hesran

Les cancers cutanés sont en constante augmentation depuis 10 ans. Il devient urgent de se protéger dès le plus jeune âge. Voici les conseils du CHU de Bordeaux pour prendre soin de sa peau.

Par Christine Le Hesran

Le soleil est notre ami, indispensable à la vie, source de chaleur, favorisant la synthèse de la vitamine. Mais l'attrait du soleil peut s'avérer dangereux. 
Mais en cette période de forte chaleur, ses effets néfastes sont pourtant bien là : accidents aigus « coups de soleil », vieillissement cutané, et surtout le risque de cancer, directement lié à l’exposition solaire, UVA et UVB. 
Ils ont triplé en 30 ans. Les cancers cutanés sont de plus en plus fréquents que ce soit les carcinomes cutanés, (près de 100 000 nouveaux cas par an) et les mélanomes (15 000 nouveaux cas par an et 1700 décès annuels).

Comment se présentent-ils ? 

Les carcinomes siègent surtout sur le visage, et sont de deux types :
► Le carcinome basocellulaire extrêmement fréquent ne donne pas de métastases mais peut devenir destructeur si on ne le soigne pas assez tôt car il va envahir le peau et les tissus sous-jacent.
► Le carcinome épidermoïde peut donner des métastases si diagnostiqué tardivement.

Les deux carcinomes se présentent sous la forme de lésions en relief parfois ulcérées ou de zone blanchâtre anormalement dure.

Les mélanomes siègent surtout sur les zones exposées au soleil et se présentent le plus souvent sous la forme de taches pigmentées irrégulières (asymétriques, bords irrégulier, mélangeant plusieurs couleurs).
Le risque est celui des métastases mettant en jeu le pronostic vital, même si d’importants progrès ont été réalisés. 
 
Il faut se protéger face aux excès du soleil. / © C. Le Hesran
Il faut se protéger face aux excès du soleil. / © C. Le Hesran
 

Pourquoi cette augmentation des cancers cutanés ?

Elle est due au vieillissement de la population, le risque de carcinome cutané augmente avec l’âge.
Mais pas seulement car on voit des mélanomes à tout âge chez l’adulte et on voit des carcinomes chez des patients de plus en plus jeunes (35-40 ans alors qu’avant c’était surtout après 60 ans).
Cette augmentation est surtout liée aux expositions solaires excessives, en particulier pendant l’enfance. L’augmentation des voyages « au soleil », notamment l’hiver, avec une exposition brutale est aussi un élément favorisant comme l'amincissement de la couche d'ozone.

• Le vieillissement de la peau aussi :
Les expositions répétées au rayonnement UV accélèrent le processus de vieillissement et y associe des altérations spécifiques : « photovieillissement ». La peau s'amincit par endroits, ailleurs s’épaissit comme sur la nuque, perd de son élasticité, des plaques blanchâtres, des taches marron et des rides apparaissent. 

• Nous ne sommes pas égaux vis-à-vis du soleil !
Le risque de cancers cutanés dépend du « phototype » défini par la couleur de la peau, des cheveux, et de la capacité à bronzer ou au contraire de faire des coups de soleil, du comportement au cours de sa vie, et notamment des expositions excessives pendant l’enfance, du nombre de grains de beauté pour le risque de mélanome et des antécédents personnels ou familiaux de cancer de la peau.

Que faire pour améliorer la prévention ?


La prévention primaire vise à éviter l’apparition des cancers. Les expositions doivent être d’autant plus progressives que le phototype est plus clair, qu’elles doivent être évitées entre 12 h et 16 h. Il faut se méfier des circonstances de fausse sécurité : vent, couverture nuageuse, sol réfléchissant (neige, sable, eau).
La protection par les écrans est très utile mais il faut connaître leurs « limites» et l ’écran total n’existe pas…Mais la protection vestimentaire : chapeau à bord large, tee-shirt manches longues et lunettes de soleil.

La prévention secondaire c’est le dépistage le plus précoce possible.
Un « petit » carcinome est de traitement simple et ne sera pas destructeur. Plus le mélanome est épais, plus le risque vital est grand.

Il faut toucher des patients qui ne se présenteraient pas à ce type de dépistage. Les mélanomes diagnostiqués tardivement surviennent souvent des personnes seules, qui consultent le médecin généraliste, le kinésithérapeute ou l’infirmière. L’éducation des personnels de santé est essentielle pour améliorer le parcours de soin de ces patients.

Le soleil ce n’est pas que la plage ! Ce sont aussi les expositions dans les activités du quotidien, jardinage, promenade, vélo et celles des certaines professions : ostréïculteurs, agriculteurs, travaux publics…

Comment sont actuellement traités les méfaits du soleil ?

Les cancers cutanés sont principalement traités par la chirurgie, qui se fait le plus souvent par le dermatologue, dans son cabinet ou un établissement de santé sous anesthésie locale.
Diagnostiqués précocement, ils sont alors traités définitivement mais une surveillance dermatologique au moins annuelle est requise.

Pour certains carcinomes agressifs, mal limités ou siégeant sur des zones complexes du visage, des techniques chirurgicales spécifiques sont utilisées avec une analyse de toutes les limites de la tumeur.

Dans des formes plus évoluées, la prise en charge est discutée de manière pluridisciplinaire avec dermatologue, onco-dermatologue, chirurgien plasticien ou maxillo-facial ou radiothérapeute.

Voici en détails les explications du Pf Marie BEYLOT-BARRY, Service de Dermatologie - Groupe hospitalier Saint-André - 
 
Prévenir et soigner les méfaits du soleil






 

La prise en charge des « méfaits du soleil » au CHU de Bordeaux :

  • une unité d’oncodermatologie
  • une unité de dermatologie interventionnelle
  • des consultations spécialisées pour le dépistage des cancers (y compris videomicroscopie), pour le dépistage des cancers (y compris videomicroscopie), pour le traitement et le suivi
  • des interventions de chirurgie dermatologique, y compris chirurgie micrographique
  • des interventions correctrices sur le vieillissement cutané (injectables, toxine botulique, Lasers)
  • une hospitalisation de jour et classique pour le traitement médical des cancers
  • des réunions de concertation pluridisciplinaire d’oncodermatologie hebdomadaires dite « RCP régionale de recours » où sont discutés les dossiers du service et les dossiers adressés par les correspondants de la région
  • deux équipes INSERM travaillant sur les cancers cutanés

 

Sur le même sujet

Opération péage gratuit jeudi soir à Pau, 1e action des gilets jaunes contre la hausse des taxes

Les + Lus