Cet article date de plus de 4 ans

En ville comme aux champs, travailler autrement

Le travail a un avenir ! Ils sont de plus en plus nombreux à défricher un nouveau monde collaboratif. Pourquoi ? Vivre et travailler mieux ensemble. A découvrir sur France 3 Aquitaine dans le magazine Enquêtes de région ce soir après le grand Soir 3. 
Co-homing, co-working, fab lab, que cachent ces mots ? De nouvelles formes de travail. ©France 3 Aquitaine
Co working, co homing, Fab Lab, ces mots sont barbares pour vous ? Ce sont les nouvelles tendances qui gagnent le monde du travail. Ils sont web designers, graphistes, courtiers, réalisateurs, directeur artistique: tous travailleurs indépendants. Un choix de vie qui présente une grande liberté mais aussi quelques inconvénients comme l’isolement. Pour briser la solitude, ces jeunes entrepreneurs sont de plus en plus nombreux à privilégier le travail partagé. Un phénomène qui gagne peu à peu la Nouvelle aquitaine, à la ville comme à la campagne.

F3Aquitaine - travail collaboratif E2R - MP D'Abrigeon et G. Decaix - 1/02/217
F3Aquitaine - travail collaboratif E2R - MP D'Abrigeon et G. Decaix - 1/02/217 © France 3 Aquitaine - MP D'Abrigeon et G. Decaix


Le choix d'une ambiance détendue et conviviale

 

Pascale Averty, Bordelaise, vient de monter une société de courtage en travaux. Elle travaille à son compte et souvent chez elle. Comment trouver l’inspiration? Pascale a peut- être trouvé la solution grâce au Co Homing. Un nouveau concept qui permet à des travailleurs free lance de se retrouver à domicile. Quand un salon se transforme en espace de travail partagé, c’est le principe. Une à deux fois par semaine, Pascale se rend chez Laurence, directrice artistique, elle aussi à son compte. Elle accueille 5 à 6 autres co homers : thé, café, sourire et connection internet à volonté. Ce sont les hôtes qui fixent eux même leurs tarifs :10 euros maximum par jour. Il suffit de réserver sur internet. Lancé en novembre 2015, le co homing a déjà séduit 3000 personnes.

Le bonheur de travailler est dans le pré

A la ville comme à la campagne, le co working, est en plein boom. Exemple à Langoiran en Gironde : de jeunes entrepreneurs, pour qui le bonheur est dans le pré, ont choisi de partager leurs bureaux sur le site d’un ancien cinéma désaffecté des années 30. Un refuge pour entrepreneurs ultra connectés. Des travailleurs nomades qui viennent ici bénéficier d’une connection internet et surtout casser la routine quotidienne. Ce qui leur évite bien des allers retour sur Bordeaux.

Les grandes entreprises s'y mettent

Le co working séduit aussi les grands groupes: banques, assurances. Suivons Margot LENOIR, chargée d’affaire dans une start up bordelaise. Quand elle a besoin d’un peu de calme et de confidentialité pour recevoir ses clients, elle vient s’installer dans l’un des bureaux de la Société Générale, situé Cours Alsace Lorraine à Bordeaux.  Coût de la location: 15 euros la demi journée. Pour connaitre les locaux laissés vacants, elle réserve sur internet via la plateforme BASE 10 : une nouvelle start up fondée en 2015. Disponible sur internet, Base 10 est une application mobile qui permet  à ses membres de partager et valoriser leurs espaces de travail libres ou d’en trouver un instantanément.

Créer et échanger

L’échange encore, avec les FAB LABS : ces laboratoires de fabrication numérique, nés aux Etats-Unis, sont en pleine expansion en France. Le principe est simple: apprendre ensemble en partageant des machines. On y trouve des outils traditionnels mais aussi des robots. Ce lieu ouvert à tous permet aux plus créatifs de réaliser des prototypes. Depuis 2014, l’IUT de Bordeaux abrite son propre fab lab. Nous y avons rencontré Arnaud, en reconversion professionnelle, cet ancien pharmacien est en train de mettre au point une carte vitale connectée. Et il envisage de monter sa start up. 
Le Fab Lab : lieu d'échange et de créativité comme ici à Bordeaux
Le Fab Lab : lieu d'échange et de créativité comme ici à Bordeaux © France 3 Aquitaine - MP D'Abrigeon et G. Decaix


Que viennent chercher ces travailleurs nomades et indépendants ? Que ce soit dans les fab labs ou les autres espaces de co working, ils veulent d’abord rompre avec une forme d’isolement social. C’est tout le paradoxe de cette nouvelle économie collaborative en plein développement.
A découvrir aussi ce soir après le Grand Soir 3 Enquête de régions : travailler autrement
Le bien-être au travail, tel qu'il est pensé chez Léa Nature sera l'une des thématiques abordés dans le magazine Enquêtes de régions, diffusé sur France 3 en Nouvelle-Aquitaine ce soir après le Grand Soir 3, et présenté par Serge Guynier et Sandrine Valéro.

D'autres lieux, d'autres expériences seront aussi à découvrir :

Un reportage nous invite à remonter le temps, en nous faisant découvrir et comprendre, la force d'une idée, d'un idéal, qui a porté des ouvriers, des patrons vers une autre façon de gérer une entreprise. L'implication de tous engendre de fait une responsabilisation collective dont les résultats sont encore perceptibles aujourd'hui. A tel point, qu'en France et en Nouvelle-Aquitaine, certaines entreprises choisissent de franchir le pas vers la S.C.O.P.
Reportage :  Pascal Coussy et Maud Rieu

Ils sont web designers, graphistes, courtiers, réalisateurs, directeur artistique : tous travailleurs indépendants. Un choix de vie qui présente une grande liberté mais aussi quelques inconvénients comme l’isolement. Pour briser la solitude, ces jeunes entrepreneurs sont de plus en plus nombreux à privilégier le travail partagé : co working, co homing, Fab Lab. De nouvelles tendances qui gagnent peu à peu la Nouvelle aquitaine, à la ville comme à la campagne. Nous avons suivi Pascale Averty, une bordelaise qui vient de monter une société de courtage en travaux. Elle travaille à son compte et souvent chez elle. Comment trouver l’inspiration ? Pascale a peut- être trouvé la solution grâce au Co Homing. Un nouveau concept qui permet à des travailleurs free-lance de se retrouver à domicile.
Reportage :  Marie-Pierre d'Abrigeon et Guillaume Decaix

Quatre invités feront un retour sur leur expérience :
- Jean-Louis Iratzoki, designer installé dans une cabane en pleine nature
- Vincent Panier, directeur général de la société "base 10"
- Luis Sandret, fondateur d’une pépinière d’entreprises, au château Brignon
- Peio Uhalde, P.D.G. de l'entreprise Alki
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
enquêtes de région à l'antenne vos rendez-vous médias économie économie numérique